Enlevés lors d’un reportage puis tués le 2 novembre 2013 dans les environs de Kidal, on ne sait toujours pas grand-chose sur la mort de nos deux confrères de Rfi : Ghislaine Dupont  et Claude Verlon.

 

Les proches des deux journalistes regrettent aujourd’hui que la justice ne peut pas instruire normalement du fait que  les documents secret-défense communiqués sont amputés de beaucoup de pages et de beaucoup de passages. On reproche alors à l’État français de manœuvres pour entraver la recherche de la vérité. Aussi, de personnes présentées centrales  n’ont jamais été interpellées à Kidal, notamment l’un des barons des ex-rebelles qui aurait été l’un des derniers à avoir été en contact avec les deux  journalistes.  On pense à raison qu’on ne veut pas que la vérité soit sue sur cette histoire sombre.

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau