Malijet.co

Soutien total à mon confrère ABC

Jeudi passé, notre confrère Ammy Baba Cissé, Directeur de Publication du Journal Le Figaro du Mali et administrateur de la Radio RFM a été enlevé par des individus inconnus vers 11h 30 mn alors qu’il se rendait au ministère de la Fonction Publique sur invitation du Chef de Cabinet de ce même département pour couvrir une cérémonie. Le rapt a eu lieu vers le Grand Hôtel. Notre confrère a été amené par ses ravisseurs vers une destination inconnue. Pendant trois heures de temps, leur mission était de lui arracher la source d’une information par tous les moyens possibles. Sans arriver à craquer le confrère, les kidnappeurs sont venus le jeter vers 16h devant le stade Modibo Keïta avant de disparaitre.

Boubacar Yalkoue

Cette intervention de la mission commando fait suite à la publication d’une information dans le Figaro du Mali mardi passé qui épingle le Président de l’Assemblée Nationale dans une histoire de sexe. Ce même jour, le journal, a disparu dans les points de vente ; les proches de l’élu cité ont tout acheté.

Après cet acte déplorable, c’est le comité syndical de l’Assemblée Nationale qui a fait passer un communiqué où il dément l’information. Et le lendemain, voilà l’Assemblée Nationale qui réagit. Lue par le premier vice-président de l’AN, Moussa Timbiné, la position non seulement dément et condamne l’article mais va très loin. Timbiné demande aux médias de condamner avec la dernière rigueur l’article. Par la suite, il avance la similitude entre l’article et les attentats terroristes et va jusqu’à avancer une hypothèse de complot dont des commanditaires se trouvent en Italie.

L’évolution de l’affaire m’a laissé sur ma faim. Les défenseurs du président de l’Assemblée Nationale ont manqué de pédagogie tout en voulant régler la situation par des rapports de force. Nous sommes dans une République régie par des règles démocratiques. S’il y a délit de presse, les procédures légales en la matière sont claires et celui où ceux qui se sentent victimes dans l’affaire peuvent porter plainte. Pourquoi ne s’en tiennent-ils pas à cela ?

Le journaliste, notre confrère Ammy Baba Cissé, s’est dit prêt à répondre de ses actes devant le juge s’il y a plainte. Cela, après la sortie, vendredi soir, de Moussa Timbiné. Le Député, Timbiné, en voulant gagner la conscience de tout le monde par ses mots au nom de l’Assemblée Nationale a offensé toute une corporation. Il nous demande de condamner avec la dernière rigueur et je me pose la question en vertu de quoi ? Il fait le rapport entre l’article et les actes terroristes posés à Gao. Donner son opinion peut aussi être synonyme d’acte terroriste ? Cela est écœurant surtout venant d’un élu, premier vice-président de l’AN et Président de la Jeunesse du parti au pouvoir, RPM.

Il est vrai que l’information traitée par notre confère est sensible, que notre société malgré son ouverture à d’autres cultures est allergique à certains faits. Cette société, dans laquelle nous vivons, nous sollicite l’abstention face à certaines informations mais elle ne nous interdit pas d’en parler sous peine de sanction. Le journaliste est libre, avec sa conscience, de faire le choix entre l’information à publier et celle à ne pas publier. Sa profession l’enseigne qu’en journalisme il n’y a pas de tabou. En occident, les politiques font en longueur de journée face à ces genres d’information. Cela leur permet aussi de comprendre quand on est un personnage public, occupant de hautes fonctions de responsabilité, on n’a pas de vie privée. Et pour s’épargner de la honte, de l’humiliation il faut s’éduquer par le simple fait de s’éloigner de tous les actes malsains. Chez nous au Mali,   l’affaire de ‘’La Maitresse du Président’’ en son temps est aussi une illustration parfaite.

Je condamne le traitement illégal subi par notre confrère dans cette affaire et appelle le plaignant, si réellement il est convaincu que l’information est fausse, de porter plainte. Et le droit sera dit. Notre confrère se dit prêt à répondre. Au regard du rapport de force déployé pour l’abattre, ABC tu as mon soutien total.

Boubacar Yalkoué

 

Source: lepays

Vous allez aimer lire ces articles

En un mot : L’heure est grave

Que de malices derrière ce projet de révision constitutionnelle !

Madani Tall : qui veut devenir esclave ?

ORTM en direct Africable en direct