Malgré sa volonté maintes renouvelée, la presse privée risque de ne pas couvrir la prochaine élection présidentielle. Une mise à l’écart décidée par le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire (MATDAT).

Moussa_Sinko_Coulibaly

Colonel Moussa S Coulibaly, ministre de l’Administration territoriale

Le colonel Moussa Sinko Coulibaly et son équipe refusent aux médias privés les moyens pour être sur tous les théâtres d’opérations de vote. D’un milliard de F CFA, le budget de communication est tombé à 700 millions de F CFA puis à 200 millions de F CFA pour l’ensemble des médias  y compris les organes publics.
Pour la  présidentielle à venir, la presse privée risque de ne pas couvrir, disons de ne  s’occuper des activités des structures publiques impliquées dans l’organisation du scrutin. Cette mise à l’écart semble être la stratégie adoptée par le MATDAT, le colonel Moussa Sinko Coulibaly et son équipe qui  refusent de mettre à la disposition aux médias privés des moyens pour être sur tous les théâtres des opérations de vote.
La réduction des ressources accordées aux médias a été rendue publique la semaine dernière par le représentant du ministre Coulibaly aux membres de la sous-commission communication. D’ailleurs, cette sous-commission est méprisée puisque toutes ses recommandations sont ignorées par le comité de pilotage présidé par le secrétaire général du ministère du département, le Dr. Fomba, un ancien journaliste.
Face à ce mépris, les organisations professionnelles de la presse comme l’Association des éditeurs de la presse privée (Assep) et le Groupement patronal de la presse écrite (Groupe) envisagent de boycotter dans un premier temps les travaux de la sous-commission communication et surtout de saisir les partenaires et les pays amis du Mali qui supportent la totalité des charges  des élections.
« Nous devons jouer pleinement notre rôle. C’est pourquoi nous sollicitons des moyens adéquats », explique le président de l’Assep, Dramane Aliou Koné qui conclut que « les organisations patronales et professionnelles de la presse feront tout pour jouer leur rôle pour la réussite des prochaines échéances électorales ».
Ben Dao