Le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, le général Sada Samaké, est sorti complètement cassé de son interpellation à l’Assemblée nationale vendredi dernier.

aliou dramane kone journaliste editorialiste president maison presse indicateur rénouveau

L’ami du président de la République, selon des sources, aurait très mal apprécié les critiques venues des députés de la majorité, précisément des élus du parti présidentiel, le rassemblement pour le Mali (RPM) pour le nommer, qui n’ont pas hésité à apostropher le Premier ministre même.

On pouvait penser qu’aux yeux du ministre Sada Samaké, les alliés de son ami de président ne lui ont pas tendu la perche, foulant au pied le principe qui veut que « les vrais amis se reconnaissent dans le besoin ». Malheureusement, pour lui, les députés étaient dans leur rôle, qui est le contrôle strict de l’action gouvernementale. Or, celui-ci ne peut pas aller sans ni vigueur ou même casse, ce qui donnait parfois aux échanges des accents d’adversités irréductibles et une drôle d’ambiance.

DAK

Source: L’Indicateur du Renouveau