L’opération de l’ex-otage néerlandais par les forces spéciales françaises constitue une double victoire. En effet, outre la libération de Sjaak Rijke,  elle  permis de neutraliser le groupe terroriste qui le détenait dans l’extrême nord du Mali, non loin de Tessalit.

sjaak rijke neerlandais otage aqmi djihadiste mnla nord mali

La nouvelle de la libération de l’ex-otage néerlandais a été rendue publique par le ministère français de la Défense.  » L’opération de la Force Barkhane, conduite par les forces spéciales françaises, a été lancée au petit matin, vers 5heures, dans l’extrême nord du Mali, près de Tessalit. La mission a permis de libérer l’otage néerlandais Sjaak Rijke, enlevé à Tombouctou le 25 janvier 2011 par un groupe de terroristes  » a indiqué le communiqué.

Selon le ministère français de la Défense,  » Deux jihadistes ont été tués dans l’assaut et deux autres se seraient rendus « . A en croire le communiqué du ministère de la Défense, l’ex-otage néerlandais était retenu par un petit groupe de quatre hommes.

D’après Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, «  La libération de Sjaak Rijke vient rappeler la détermination sans faille de la France à lutter contre les groupes terroristes armés dans la région du Sahel dans le cadre de l’Opération Barkhane « .

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères et ancien patron de la MINUSMA, Bert Koenders, a assuré que «  l’ex-otage va bien  » et salué  » une formidable nouvelle pour Sjaak Rijke et sa famille « .

Pour rappel, Sjaak Rijke a été enlevé le 25 janvier 2011 dans un hôtel à Tombouctou où il était avec sa femme deux autres étrangers. L’épouse de Sjaak Rijke, présente au moment de l’enlèvement, était parvenue à se cacher, mais un ressortissant allemand avait été tué. Les deux ressortissants étrangers enlevés en même temps que Sjaak Rijke sont toujours captifs. Ce sont les deux derniers otages occidentaux actuellement détenus par AQMI.

Diakaridia YOSSI

 

Source:  L’Indépendant