L’atelier de restitution des quatre thèmes suivants : Gouvernance ; Assurance Qualité ; TICE (Stratégies et Politiques TICE), SIG (déploiement du PGI Cocktail)); Genre s’est ouvert le lundi 13 avril 2015, pour trois jours de travaux. L’activité est placée sous la présidence du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’ambassade des Pays Bas au Mali.

mountaga tall cnid faso election legislative segou

C’est à la suite du lancement officiel du projet NICHE en novembre, que 8 missions de diagnostic ont été effectuées dans le cadre du programme. Ces exercices de diagnostic ont permis d’apprécier la situation et les pratiques actuelles relativement à ces thèmes au sein des porteurs du projet au Mali.

Le présent atelier de restitution est organisé en guise de clôture des différents diagnostics réalisés et dans le cadre de la préparation d’une feuille de route pour les 4 thèmes. Il offre l’occasion de présenter et discuter les résultats de chacun des états des lieux déjà effectués (Gouvernance et Assurance Qualité ; TICE ; Genre). Durant cet atelier, les experts du Consortium impliqués donneront un aperçu de la situation par rapport à chacun de ces quatre thèmes et présenteront leurs propositions d’interventions (feuilles de route) qui seront entreprises dans le cadre du projet.

L’un des objectifs visés est aussi de « développer et appliquer la bonne gouvernance en mettant l’accent sur l’aspect genre, aider à intégrer l’utilisation des Tic dans l’enseignement supérieur ainsi que les cours en ligne ».  Le projet NICHE cible la question de gouvernance dans l’enseignement supérieur au Mali mais aussi la performance et l’adaptation de ses produits au marché du travail. Il est financé par Cinop, l’association des universités africaines, l’université Claude Bernard, Yes-INC-Mali, et Cocktail-office. Financé à hauteur de 1 966 791 000 F CFA, ce projet d’une durée de quatre ans,  permettra de résoudre les besoins en ressource humaines qualifiées, entre autres.

CC/MESRS

============================================

Démarrage des examens partiels dans les facs de médecine et de pharmacie : les étudiants perçoivent leurs trousseaux et 7 mois de bourses

A la faculté de médecine et d’odontostomatologie (FMOS) et celle de pharmacie (FAPH) de l’université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (USTTB), les choses sont très vite rentrées dans l’ordre. Après deux grèves consécutives de 72 heures, nos futurs médecins et pharmaciens ont obtenu leurs bourses et trousseaux. Toutes choses qui ont permis l’organisation des partiels.

Décidément, il aurait fallu que le comité Aeem parte en grève pour que les étudiants puissent percevoir leurs dus. C’est du moins le constat qui se dégage de cette affaire. « Il avait été prévu que les examens partiels qui ont débuté ce matin soit pris en otage si les choses ne s’arrangeaient pas. Mais heureusement  que le message a été compris. Plus de 95% de nos camarades ont d’ores et déjà leurs trousseaux et sept mois de bourses. Nous avons donc commencé les partiels dans de meilleures dispositions, a déclaré un membre très actif du comité Aeem. Selon ce dernier, les étudiants qui n’ont pas pu rentrer en possession de leurs sous sont juste confrontés à des petits problèmes liés à leurs compte. « Nos camarades qui n’ont pas pu toucher leurs trousseaux et bourses ont des comptes dormants ou sous restriction. Des dispositions sont prises par le comité pour que ces problèmes soient vite réglés » a-t-il dit avec précision.

Le témoignage de cette étudiante, SK, est on ne peut plus édifiant : « J’ai débuté les partiels avec enthousiasme et sérénité. Avec l’obtention de mon trousseau et mes sept mois de bourses, j’ai pu me mettre à jour en faisant des photocopies et en achetant certaines choses indispensables pour mes études ».

Sans trousseaux et bourses, pas d’examens partiels avaient scandé les étudiants. Espérons qu’avec le déblocage de la situation, le nouveau slogan sera : avec les trousseaux et les bourses, vivement de meilleurs résultats.

 

KANTAO Drissa

Source: Le Flambeau