Dans la nuit de vendredi à samedi, les deux gardiens de l’adduction d’eau de Bondo, chef lieu de la commune rurale du même nom, dans le cercle de Koro ont été abattus à balles réelles. Leurs bourreaux ont démonté et emporté les panneaux solaires qui faisaient fonctionner l’électricité et la station de pompage. C’est la deuxième fois en l’espace d’un an dans ce cercle frontalier du Burkina Faso qu’il y a mort d’homme à cause de plaque solaire car, l’année dernière, à Pel Maoudé, le gardien de la station relais de la sotelma avait été tué sur son lieu de travail.

Faits divers

Le village de Bondo, chef lieu de la commune rurale du même nom, situé à une dizaine de kilomètres à l’est de Koro s’est réveillé tôt et en sursaut samedi matin. Tard dans la nuit de la veille, des coups de feu  avaient été entendus dans la station située à l’entrée qui alimente le village en eau potable et en électricité. A la vérification le lendemain, les corps de Boukary Niangaly, âgé de 48 ans et de Boubacar Djimdé 41 ans, tous deux gardiens ont été retrouvés criblés de balles. Les bourreaux ont démonté et emporté la dizaine de panneaux solaires qui alimentait le village en eau et la station en électricité.

La Gendarmerie alertée a dépêche sur place, une équipe d’intervention. Les douilles ramassées sur les lieux prouvent que les auteurs étaient armés de fusils de chasse.

Deux pistes sont privilégiées. Le cercle de Koro est distant de seulement 300 km environ du Burkina Faso. La frontière n’existe que de nom car, de part et d’autre, on circule librement.

Les tueurs  pourraient venir de l’autre côté de la frontière. Sans oublier de probables jihadistes qui sont des braqueurs écumant les villes et les campagnes. Courant 2011, le gardien de la station relais de la sotelma sise à Pel Maoudé avait été aussi fusillé  par deux visiteurs qui avaient emporté les panneaux solaires. Il pourrait s’agir de la même bande.

Les enquêtes sont en cours.

Dénis T Théra

Source: Autre presse