On le murmure. Les deux partis qui appartiennent à l’international socialiste se préparent à la fusion. On se rappelle que le RPM et l’URD sont sortis des entrailles de l’ADEMA.

 presidents dioncounda traore ibrahim boubacar keita ibk passation pouvoir

Les circonstances du divorce font que l’on ne croit point à une éventuelle fusion, qui signifierait la mort de l’un ou l’autre des partis. Les assoiffés de gouverner, ou du moins du profit de la gouvernance, sont prêts à rallier le parti au pouvoir, le RPM.

 

Le vœu serait émis dit-on par le président IBK, lors de la réunion de l’international socialiste tenue ici  à Bamako.

Mais si cela se concrétisait, on assistera à une querelle de leadership entre les ténors des deux camps. Personne n’accepterait  d’être relégué au second plan. Avec la  fusion, on assistera certainement à une querelle de clochers, car les deux partis regorgent d’hommes et de femmes qui ne se laisseront pas emballer.

Ont-ils réellement fini de ruminer ce qui a amené à la création des partis sortis des entrailles des abeilles solitaires ? Qui de l’ADEMA ou du RPM va accepter de signer sa mort ? En acceptant de fusionner, ils vont donner raison à ceux qui soutiennent qu’en politique il n’y a pas de morale.

Otes-toi de là que je m’y mette ?

Si cette fusion devenait réelle, nous aurons une formation politique digne des grands partis. Et le parti  unifié sera dans la logique de garder longtemps encore le pouvoir. Toutefois, il faut savoir que les militants ne vont pas ramer dans la même direction, car les intérêts sont divergents. Ce vœu du sommet ne serait  pas celui de la base. Une base qui continue de parler de la traitrise de l’ADEMA, qui a voulu faire avaler la couleuvre à IBK alors militant du parti de l’Abeille. Accepteront –ils de faire leur mea-culpa, de faire table rase du passé ? Difficile mais pas impossible. Même unis, les militants se regarderont en chiens de faïence .Et au finish, le second divorce viendra.

Dans notre microcosme politique, la fusion des partis est souhaitable. Mais il est difficile que les militants de ces partis acceptent de cheminer encore en raison des nombreux problèmes passés. Après dix ans de règne, l’ADEMA  voudrait toujours s’accrocher au pouvoir. Cette fusion ne serait-elle pas synonyme  de prostitution ? Le Mali dispose d’une pléiade de partis qui gagneraient en allant à une fusion. La fusion de l’ADEMA et du RPM nous ramènerait au régime du parti unique.

Les abeilles risquent de pousser leur futur allié à la porte. Le parti de l’abeille est toujours  à la recherche des fleurs et accompagne aujourd’hui le parti au pouvoir.

 

Bara De Dara

Source: Notre Printemps