A l’initiative de l’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali, l’ambassadeur de France au Mali, Monsieur Gilles Huberson a animé, le 18 avril 2015 à l’institut français du Mali, une Conférence débats sur la relation bilatérale franco-malienne. La question du Nord dont l’accord d’Alger a occupé une place importante dans les débats. Et selon le diplomate français, l’accord d’Alger est un bon accord en ce sens que tout le monde y trouve son compte. Ceux qui veulent s’inscrire dans l’accord, ajoute Gilles Huberson, sont les bienvenus et ceux qui ne le signeront pas, pour des raisons qui les appartiennent, deviendront des obstacles à la paix.

Gilles Huberson ambassadeur france mali

La conférence débats, qui a drainé beaucoup de monde, était modérée par l’ancien ministre et ancien diplomate le Dr Abdoulaye Amadou Sy, en présence du secrétaire général de l’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali, Amadou Alioune Sarr. On notait, aussi, la présence de Abdalla Coulibaly, le président du forum de Bamako, du Pr Younouss Dicko, ancien ministre et d’autres personnalités.

Ainsi pendant plus de trois tours d’horloge, le représentant de la France au Mali a échangé avec le public sur la relation bilatérale franco-malienne. En réponse à des nombreuses questions sur  le Nord du Mali dont l’accord d’Alger, l’ambassadeur de France au Mali a déclaré que la France est strictement attachée aux principes de laïcité, à la forme républicaine et à l’intégrité territoriale du Mali. « La France soutient à 3000% ces principes », a-t-il dit.

Avant d’ajouter que l’accord soumis au paraphe des différentes parties est un bon accord. Selon lui, c’est un accord que la communauté internationale appuie car tout le monde y trouve son compte. Le diplomate a, en outre, indiqué que ceux qui veulent s’inscrire dans l’accord sont les bienvenus et ceux qui ne le signeront pas, pour des raisons qui les appartiennent, deviendront des obstacles à la paix. « Kidal est au Mali.

C’est un problème inter maliens. La communauté internationale ne fait qu’aider. C’est un bon accord, il faut qu’il soit signé par le plus grand nombre. Si certains veulent s’en exclure, ils s’excluent eux-mêmes avec des conséquences », avertit le diplomate français. Auparavant, Gilles Huberson, dans son discours luminaire, a mis l’accent sur les liens historiques, culturels et économiques qui lient la France au Mali. Il dira que le Mali et la France sont deux vieux pays et deux peuples fiers.

Selon lui, il y a trois tragédies qui ont fait pousser des fleurs entre les deux pays : la traite négrière a donné à la France des antillais qui sont de descendance malienne ; la colonisation qui a donné la langue française et l’immigration qui a donné les franco-maliens. « Le Mali et la France ont un attachement pour les verbes et aux mots », a-t-il dit. Sur le plan de la coopération bilatérale, l’ambassadeur Gilles Huberson a expliqué qu’en raison d’une visite par mois, le Mali est, actuellement, le pays africain qui reçoit le plus de visite de cadres français. Sur le plan économique, le diplomate français a fait savoir qu’il y a eu 315 millions d’euros d’échanges entre le Mali et la France.

La France est, ajoute Gilles Huberson, le premier donateur du Mali avec 200 millions d’euros dont plus de 70% d’aide budgétaire directe. « Nous venons d’effacer la dette du Mali à hauteur de 44 milliards de FCFA », a-t-il dit. Selon le diplomate français, les entreprises françaises qui sont au Mali s’installent sur la durée et font un travail de qualité à un prix raisonnable. Gilles Huberson a expliqué que, sur le plan sécuritaire, la France a remis 30 millions d’euros de matériels à l’armée malienne.

Madiassa Kaba Diakité

Source: Lerepublicainmali