Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes jeudi à Conakry pour disperser les manifestants qui protestaient contre un report dans la tenue des élections.

Manifestation foule protestation opposition guinéenne

Un journaliste de la BBC a rapporté qu’une personne a été tuée tandis que la correspondante de BBC Afrique a indiqué que le dispositif de sécurité était si impressionnant que beaucoup d’habitants avaient préféré rester chez eux.

L’axe Hamdallaye à Bambéto sur l’autoroute Le Prince est devenue l’un des épicentres de la révolte, avec la présence massive des forces de l’ordre.

De leur côté, les leaders de l’opposition ne peuvent pas quitter leur domicile. D’après la même source, la maison d’un chef de l’opposition a été encerclée par les services de sécurité.

En deux semaines, trois personnes auraient été tuées dans la capitale.

L’opposition roteste contre le calendrier électoral qui prévoit la tenue de la présidentielle en octobre prochain, et accuse le président Alpha Condé d’utiliser la crise Ebola pour retarder l’organisation des élections communales prévues à la fin du premier trimestre 2016.

Source: BBC