L’honorable Yacouba Traoré, député élu à Ségou, président de la Commission des Travaux Publics à l’Assemblée nationale a pris part, activement, à la tournée  de trois jours du Premier ministre Moussa Mara dans la zone Office du Niger et Office Riz de Ségou. Une tournée à l’issue de laquelle, il dit avoir pris bonne note des doléances formulées  par les exploitants, avant de promettre qu’au niveau de l’Assemblée nationale, leur suivi ne fera pas défaut.

moussa mara premier ministre chef gouvernement pm visite office niger fleuve barrage manantali campagne agricole coupure ruban inauguration

« Je suis venu  à Ségou avec le Premier ministre en tant que député de Ségou et président de la commission des Travaux publics. Nous avons vu beaucoup de choses et nous en avons aussi entendu. Il est toujours mieux de voir que de se faire raconter », partage l’honorable Yacouba Traoré. Avant de poursuivre : « durant cette mission, les populations et les exploitants agricoles nous ont parlé de la pression foncière qu’il y a au niveau de la zone Office du Niger et de la zone Office Riz de Ségou, car les terres aménagées ne suffisent plus pour les exploitants. Ils nous ont aussi parlé de leur manque d’équipements agricoles, étant donné que la plupart d’entre eux travaillent jusqu’à présent avec des outils rudimentaires ne leur permettant pas d’atteindre leur capacité  de production. »

Selon lui, d’autres préoccupations pertinentes ont été évoquées par les exploitants agricoles. Notamment,  le danger qu’en court le barrage-pont de Markala avec le passage à longueur de journée des gros camions de marchandises. A ce sujet, les producteurs de la zone ont fait savoir leur inquiétude pour l’avenir de cet ouvrage qui représente tout pour la zone Office du Niger et Office riz de Ségou. Car si ce barrage-pont venait à  avoir des problèmes, cela couterait très cher  aux producteurs, à cause de la place qu’il joue au niveau des deux zones de production.

Face à cette situation, poursuit l’honorable Yacouba Traoré, les exploitants ont émis leur  souhait au Premier ministre et à sa délégation de voir  un autre pont aménagé dans la zone,  pour permettre au barrage-pont de Marakala de souffler un peu et continuer à servir les exploitants de l’Office du Niger et de l’Office riz de Ségou encore, pour longtemps.

Concernant leur manque d’équipements agricoles, l’enfant de Markala  dira que de nos jours  dans la zone Office du Niger, la dimension des travaux s’accentue alors que la main d’œuvre se réduit.  Pour lui, cela  est dû à la réalité de notre époque qui nécessite des innovations en termes de matériel et d’équipement dans tout ce que l’on fait dans la vie.

« Il faut que des équipements de pointe soient cherchés pour les exploitants afin qu’ils  puissent bien produire et assurer l’autosuffisance alimentaire tant souhaitée par les populations du Mali. », a laissé entendre l’honorable Yacouba Traoré.

Qui joutera que pour mettre fin à la pression foncière, le gouvernement doit s’atteler à  aménager le maximum de terres pour que  chaque exploitant puisse avoir des terres pour produire du riz à souhait.

Et de poursuivre que durant les jours à venir, l’Assemblée nationale va se pencher sur cette question de l’aménagement des terres de l’Office du Niger. Avant de promettre que le suivi des doléances formulées par les exploitants sera réel  par les députés en général et la Commission Travaux publics de l’Assemblée nationale, en particulier  dont il est le président.

D. D

SOURCE: Tjikan