Au moins deux personnes ont été tuées et près de 90 autres blessées, lundi 15 avril, dans deux violentes explosions survenues à quelques secondes d’intervalle en plein centre-ville, près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, aux Etats-Unis. Les chaînes de télévisions CNN et CBS News parlent d’ores et déjà d’attaques “terroristes”.Attentats marathon boston

Un responsable de la police local a confirmé qu’une autre explosion avait eu lieu à la bibliothèque JF Kennedy dans la même ville, sans faire de blessés. Rien n’indique pour le moment que l’incident soit lié aux deux premières détonations et il semblerait qu’il soit “lié à un feu” selon les autorités. Les forces de l’ordre ont également déclenché une quatrième bombe. Selon NBC News, plusieurs engins explosifs ont été retrouvés dans la ville. Aucune menace ne visait pourtant cette ville du Massachussets, a précisé le responsable policier.

Les explosions, qui se sont produites alors que plus de 26 000 personnes participaient à la course, ont semé la panique parmi les participants et les spectateurs. Des images de chaos, des rues jonchées de débris et des véhicules de secours transportant des brancards tournent en boucle sur les télévisions. Une vidéo, diffusée sur le site de CBS Boston, montre l’explosion et le déroulement des événements en direct. Actuellement, le centre-ville a été déserté, la police ayant intimé l’ordre aux habitants de rester chez eux. Le réseau mobile a par ailleurs été désactivé pour éviter de nouvelles explosions.

 

Le président Barack Obama a téléphoné au maire de Boston, Tom Menino, ainsi qu’au gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, pour leur offrir l’assistance du gouvernement fédéral. Le Secret Service, le service de sécurité présidentiel, a renforcé le dispositif autour de la Maison blanche, établissant un cordon de sécurité sur Pennsylvania Avenue, face à la façade de la présidence. Moins d’une heure après l’incident, la police de New York a également annoncé qu’elle renforçait ses mesures de sécurité “devant les hôtels et autres lieux connus dans la ville” en attendant d’en savoir plus.

“BEAUCOUP DE POUSSIÈRE, DE LA FUMÉE, DU VERRE”

“Quand on a entendu [les deux explosions], tout le monde s’est regardé et est resté très calme, et la police est venue dans la minute qui a suivi”, a raconté un témoin, Zara Bielkus, à l’AFP. “Nous avons vu des gens dont les jambes ont été soufflées”, a raconté Mark Hagopian, propriétaire de l’hôtel Mark, situé près de la ligne d’arrivée du marathon. “L’un d’eux n’avait plus de jambes en dessous du genou, mais il était vivant”, a-t-il ajouté. Un autre homme a également raconté sur CNN qu’une des explosions était tellement forte qu’il avait cru que sa tête “allait éclater”. Il y avait “beaucoup de poussière, de la fumée, du verre”, a-t-il dit.

Certains blessés étaient soignés directement sous la tente censée accueillir les coureurs, rapporte le New York Times. D’autres ont été rapidement transportés dans des hôpitaux de la ville. Un élément Google “person finder” a également été créé pour permettre aux proches de partager des informations sur les victimes et aux blessés de se signaler.

 

 

HOMMAGE AUX VICTIMES DE NEWTOWN

Les explosions se sont produites alors que des milliers de coureurs achevaient la 117e édition du marathon, devant une foule de spectateurs. Le dernier mile de ce marathon était dédié aux victimes de l’école de Newtown, où vingt enfants et six adultes avaient été tués, le 14 décembre, par un assaillant armé.

Le marathon de Boston, organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897, est le plus vieux marathon annuel du monde. Il est habituellement couru le troisième lundi d’avril. 21 554 coureurs étaient arrivés au bout des 42,195 km de la course en 2012.