Aujourd’hui plus que jamais, on est en droit d’appeler Bamako, le Soweto de l’Afrique de l’Ouest. En effet, il ne se passe pas de jour dans les quartiers de Bamako, sans que les pauvres populations soient victimes de vols, de braquages, d’assassinats, de viols…

Pas de sécurité pour les pauvres populations dont la vie se trouve quotidiennement en danger. Et le phénomène le plus récurrent dans notre capitale aujourd’hui est le vol de motos, sinon le braquage des motocyclistes de jour comme de nuit par des malfrats qui disparaissent, pour ne plus être  retrouvés. Où allons-nous si ces policiers, censés assurer la sécurité des populations, passent la majeure partie de leur temps sur les trottoirs en train de racketter les pauvres chauffeurs de taxi et autres motocyclistes.

 

Ces bandits de grand chemin sèment la terreur dans tous les coins et recoins de la ville. Ce ne sont pas les habitants d’Hamdallaye A.C.I 2000 qui vous diront le contraire. Dans  ce quartier chic de Bamako, ne  vous amusez pas à  circuler à moto dans la  nuit, au risque de perdre votre vie. Au petit soir, les bandits armés s’organisent et se placent un peu partout dans les quartiers pour attendre d’éventuels motocyclistes. Armes à main, ils braquent à tout moment de la nuit les  conducteurs d’engins à 2 roues, avant de disparaître, sans laisser de trace.

 

Pourtant, le Commissariat du 14ème  Arrondissement est  bel et bien informé de ce qui se passe dans son secteur. La preuve, il ne se passe pas  de jour sans qu’un citoyen ne déclare à ce Commissariat le vol et l’agression dont il a été victime. Il est  donc  temps que des dispositions soient prises pour assurer la tranquillité et la quiétude des populations dans cette zone.

Il urge donc que des mesures idoines soient prises pour sécuriser les populations et leurs biens.

 

Ali GOUDIANKILE 

L’Oeil du Mali