Depuis quelques semaines, une tonitruante affaire faisant la Une de plusieurs organes de médias, oppose l’ex-Premier Ministre, Diango Sissoko, à la Boulangerie ‘’Saveur du pain’’ au quartier Korofina Nord de la Commune I du District de Bamako. L’affaire, faisant suite à une plainte du l’ex-PM contre le propriétaire de la boulangerie, s’est heurtée à un certain nombre d’irrégularités procédurales lui ayant finalement donnée une toute autre dimension.


En effet, il s’agit d’une boulangerie contigüe à la résidence du l’ex-Premier Ministre sous la transition dirigée par le Professeur Dioncounda Traoré, Diango Sissoko. Aux dires d’Oumar Togo, Maire intérimaire de la Commune I, lorsque les travaux de construction de la boulangerie ont commencé, le Maire principal, Mamadou B. Kéita, lui-même, avant d’aller pour son traitement médical hors du pays, avait verbalement signifié au propriétaire qu’il n’y aurait pas de boulangerie. Mais malgré cela, deux mois après, il y a eu l’ouverture de la boulangerie sans que le Maire central n’eût aucunement donné son aval. C’est suite à cela, que Diango Sissoko a fait savoir à la Mairie qu’il avait préalablement évoqué la gestation d’une boulangerie voisine dont il n’approuvait point l’installation en raison de plusieurs nuisances dont l’industrie pouvait être la source.
C’est alors que le Maire intérimaire, Oumar Togo, lui a fait entendre qu’il pouvait s’associer aux familles riveraines pour signer une pétition et saisir officiellement la Mairie afin de signifier clairement à quel point la construction de la boulangerie leur causait des nuisances. L’ex-PM, en guise de réplique, a clairement signifié qu’il ne ferait pas de pétition dans cette affaire et a plutôt préféré adresser, le 16 juillet 2019, une correspondance à différents services techniques y afférant. Et le 22 du même mois, la Mairie a convié le promoteur de la boulangerie à présenter le document administratif lui donnant légalement l’autorisation de construire la boulangerie.
Le promoteur de la Boulangerie « Saveur du pain » en situation d’irrégularité
En lieu et place de produire un justificatif valable, c’est plutôt une décision de construction attribuable à la zone de Souleymanebougou sous la Préfecture de Kati qui a été présentée au Maire, et non, celle autorisant la construction de la boulangerie à Korofina. Ce qui mettait nettement le promoteur en situation d’illégalité. C’est alors que les services techniques de la Mairie ont été informés en vue d’identifier toutes les irrégularités constatables dans la procédure d’installation de la boulangerie, ajoute Oumar Togo. Et dès lors qu’il ait été clairement constaté de sérieuses irrégularités, il a été verbalement notifié au promoteur de s’organiser dans les plus brefs délais pour faire déménager la boulangerie, étant donné qu’il était dans une situation de stricte irrégularité.
C’est ainsi que dans la foulée et à l’insu de la Mairie, le Commissaire du 6è Arrondissement de la police, Tapa Konté, a ordonné la fermeture de la boulangerie en allant même jusqu’à menotter deux de ses employés qui y travaillaient sur place. Cela a visiblement offusqué la Mairie qui, ne s’y étant pas attendue, a interrogé le Commissaire sur le motif de son acte. Celui-ci, à son tour, se justifiera par les instructions qu’il dit avoir reçues du Ministère et le Procureur, lesquels lui auraient donné l’ordre de fermer la boulangerie sans même tenir compte de l’avis de la Mairie et sans non plus fournir le moindre document officiel justifiant ladite décision de fermeture.
En revanche, Oumar Togo, 1er Adjoint du Maire et, en même temps, Maire intérimaire, n’étant pas d’accord avec la décision pour violation flagrante de procédure, a immédiatement cherché à rencontrer l’ex-PM, Diango Sissoko, pour ouvertement lui exprimer sa ferme désapprobation concernant l’acte « anti-procédurale » du Commissaire Tapa Konté. C’est en réponse à cette plainte verbale du Maire que l’ex-PM a affirmé n’être nullement mêlé aux ordres de la police. Au même moment, le Commissaire était venu chercher Diango Sissoko pour qu’il aille faire sa déposition au Tribunal et en lui faisant entendre que cela était sur demande expresse du Procureur. Ce que l’ex-PM a catégoriquement refusé au motif qu’il eût déjà officiellement saisi la Mairie.
Le forfait du Commissaire Tapa Konté
Chose paradoxale, interrogé par la Mairie, le Procureur a clairement répondu au Maire qu’il n’avait donné aucun ordre au Commissaire d’aller chercher Diango Sissoko pour une quelconque déposition et s’est même farouchement étonné du comportement du Commissaire Tapa Konté qu’il trouvait peu orthodoxe. « Personne d’autre n’est habilité à ouvrir, ni fermer la boulangerie si ce n’est le Maire. Et même s’il y a un verdict du tribunal, l’ultime décision reviendra à la Mairie », a martelé, le Procureur. Le Commissaire Tapa Konté n’avait-il, en réalité, besoin de la déposition de Diango Sissoko uniquement que pour mieux légitimer son acte de fermeture ? Du côté de la Mairie, la vraisemblance est claire.
On affirme même que le Commissaire Tapa Konté aurait fort probablement tenté de profiter d’une faille institutionnelle de la Mairie pour commettre son forfait étant donné qu’il n’avait aucun mandat pour fermer la boulangerie. L’affaire ayant, de ce fait, été classée sans suite par le Tribunal pour non-respect de procédure, la boulangerie ‘’Saveur du pain’’ a rouvert ses portes et est, à nouveau, opérationnelle depuis quelques jours.
A présent, Oumar Togo, Maire intérimaire de la Commune I, n’entend plus que prendre toutes ses responsabilités en ramenant l’affaire à sa légitime autorité. Et cela sous-entend, en effet, qu’il agira selon les procédures réglementaires en vigueur dans le cadre d’une fermeture définitive de la boulangerie à l’issue du strict verdict des textes.
Moulaye Diop

Source: Le Point du Mali