Malijet.co

Deux ans de réclusion pour avoir brulé les parties intimes de sa nièce

Bamako, 03 décembre (AMAP) Les jurés de la dernière session d’Assises de Bamako ont infligé deux ans de prison à Mme Haye Fofana pour avoir posé une louche rougie par le feu sur les parties intimes de sa nièce, a appris l’AMAP.

Une correction corporelle a mal fini entre la dame Haye Fofana et sa nièce Fatoumata Keïta. Les faits remontent à 2018 alors que la victime vivait sous le toit de sa tante, au quartier Badialan 2, en Commune III du District de Bamako.

A cette époque, Haye Fofana a constaté que la demoiselle s’amusait avec ses petites camarades, avec attouchements et se masturbait, par moments. Cependant, la tutrice a entrepris tout pour l’en dissuader, en l’admonestant et la conseillant. En vain.

Comme si cela ne suffisait pas, un jour, la petite a introduit son doigt dans le sexe d’une de ses camarades de jeu. Pour la corriger, la tante, furieuse l’a appelée, l’a déshabillée et posé la manche de la louche en aluminium chauffé à blanc sur ses parties intimes.

Un certificat médical établi au Centre de santé de référence (CSRéf) de la Commune V du District de Bamako par un spécialiste, a conclu à « une brûlure du 2e degré étendue à tout le pubis et aux grandes lèvres, une brûlure du 1er degré de 13 cm sur chaque fesse, une perte purulente provenant du vagin ».

Interrogée, aussi bien à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, l’inculpée a reconnu les faits en les mettant sur le compte de la colère.

L’accusée elle-même a avoué, plus tard, qu’elle était dans un état de fureur au moment précis où elle a commis son acte. Face aux jurés, la tante a manifesté un profond regret pour avoir brutalisé sa nièce, en guise de correction.

Le parquet a requis de la maintenir dans les liens de l’accusation et d’entrer en voie de condamnation contre elle avec 5 ans de prison ferme. La défense n’était pas de cet avis. L’avocat de la dame Haye a plaidé pour un sursis de la peine, au motif que sa cliente « est une délinquante primaire » qui, de surcroit, accouché d’un enfant en prison.

Après délibération, la Cour, a accordé des circonstances atténuantes à l’accusée et l’a condamné à 2 ans de prison  ferme.

TC/OD/MD (AMAP)

Vous allez aimer lire ces articles

Kalana : enlèvement d’un enfant de 4 mois dans la localité

BANCONI LAYEBOUGOU: Le partage du butin tourne mal. Alpha Cissé poignardé par le Chef de son Gang

Exclusif : Sur les traces de 50 mille moustiquaires détournés de la Guinée pour le Mali, un député malien cité

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct