Malijet.co

Boeing abattu : Trudeau cible les “tensions” et les “actions des Etats-Unis”

Justin Trudeau met dos à dos Etats-Unis et Iran : selon ce qu’a estimé le Premier ministre canadien, lundi, les passagers tués dans l’accident du Boeing ukrainien abattu par erreur par l’Iran, mercredi, seraient toujours en vie sans la récente escalade des tensions dans la région. Egalement ce lundi, le ministre canadien des Affaires étrangères a annoncé que le groupe de coordination des pays dont des ressortissants sont morts dans le crash du Boeing ukrainien en Iran se réunira jeudi à Londres, à l’initiative du Canada.

La communauté internationale a été “très, très claire sur la nécessité d’avoir un Iran dénucléarisé” sur le plan militaire mais aussi de “gérer les tensions dans la région qui sont également provoquées par les actions des Etats-Unis”, a dit Justin Trudeau dans un entretien à la chaîne Global. “Je crois que s’il n’y avait pas eu de tensions et une escalade récemment dans la région, ces Canadiens seraient en ce moment chez eux avec leurs familles”, a ajouté Justin Trudeau en se référant aux 57 Canadiens tués dans l’accident.

 

Le Canada réunit les pays des ressortissants tués

L’Iran a reconnu samedi avoir abattu “par erreur” le Boeing 737-800 de la compagnie Ukraine International Airlines, peu après le décollage mercredi de Téhéran. La tension, chronique, entre l’Iran et les Etats-Unis s’est accélérée le 3 janvier avec l’élimination par Washington d’un important général iranien, Qassem Soleimani, en Irak, suivie de représailles iraniennes à coups de missiles contre deux bases militaires américaines en Irak le 8 janvier, quelques heures avant que le Boeing soit abattu. Justin Trudeau a aussi indiqué qu’il aurait “évidemment” aimé être prévenu à l’avance par Washington de l’attaque au drone ayant mené à l’élimination du général Soleimani.

Par ailleurs, le groupe de coordination des pays dont des ressortissants sont morts dans le crash du Boeing ukrainien en Iran se réunira jeudi à Londres à l’initiative du Canada, a annoncé lundi le ministre canadien des Affaires étrangères. Ce groupe, créé par le Canada dans la foulée du drame, réunit également le Royaume-Uni, l’Ukraine, la Suède et l’Afghanistan.

 

Objectif : maintenir la pression du l’Iran

Ces pays se sont déjà parlé à deux reprises par téléphone, notamment pour réfléchir à d’éventuelles compensations financières, depuis l’accident mercredi d’un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines, qui a fait 176 morts, dont 57 Canadiens. Les forces armées iraniennes ont reconnu avoir abattu l’avion par erreur.

“Nous avons convoqué la première réunion face-à-face du groupe international de coordination et d’intervention jeudi à la maison du Canada à Londres”, a indiqué le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne sur Twitter. Les ministres des Affaires étrangères des cinq pays composant le groupe tenteront de maintenir la pression sur l’Iran pour obtenir un accès consulaire, organiser le rapatriement des dépouilles et demander une enquête transparente à l’Iran, a précisé à l’Agence France-Presse un porte-parole du ministère.

 

Le Point

Vous allez aimer lire ces articles

Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel

Coronavirus: la Chine confine des villes et ferme la Cité interdite

Macron fustige ceux qui comparent la France à une dictature: «Essayez et vous verrez!»

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct