Malijet.co

Brexit: Theresa May se lance dans une bataille parlementaire

La Première ministre britannique Theresa May entame ce mardi une bataille parlementaire majeure, avec la reprise des débats sur le projet de loi destiné à mettre fin à la suprématie du droit européen au Royaume-uni dans le cadre du Brexit.

theresa may brexit premiere ministre britannique

Ce texte crucial qui doit permettre au Royaume-Uni de continuer à fonctionner normalement lorsqu’il aura effectivement coupé le cordon avec l’Union européenne, fin mars 2019, avait été approuvé par un premier vote au Parlement britannique en septembre.

Mais son examen détaillé a pris du retard, que l’exécutif a justifié par la nécessité de prendre le temps d’étudier les nombreux amendements déposés.

Le gouvernement risque une potentielle défaite sur certains amendements-clés, si des rebelles du Parti conservateur font alliance avec des députés du Labour, principal parti d’opposition. La Première ministre ne dispose en effet que d’une courte majorité au Parlement, grâce à son alliance avec le DUP nord-irlandais.

Pressions de Bruxelles

Cette épreuve de force intervient au moment où la Première ministre, affaiblie par les élections législatives de juin, peine à affirmer son autorité au sein même de son gouvernement.

Deux ministres ont dû démissionner ces dernières semaines, l’un touché par un scandale de harcèlement sexuel, l’autre accusée de mener une diplomatie parallèle avec Israël. Et le gouvernement se déchire ouvertement, entre “Brexiters” prêts à une rupture nette avec Bruxelles et partisans d’une approche plus accommodante.

La Première ministre subit également de plus en plus de pression de Bruxelles. Le négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier, a donné deux semaines aux Britanniques pour clarifier leurs engagements sur les termes du divorce, s’ils veulent obtenir d’ici à la fin de l’année le feu vert de Bruxelles en vue de l’ouverture des négociations commerciales sur l’après-Brexit.

Toutefois, le ministre en charge du Brexit, David Davis, a reconnu que même si les députés s’opposaient au texte, le Royaume-Uni quitterait de toute façon l’UE le 29 mars 2019.

BBC

Vous allez aimer lire ces articles

Abus sexuels au Vatican: le Saint-Siège enquête

Italie : Décès de Toto Riina, l’ancien chef suprême de la Mafia

Discours de la Princesse Royale Lalla Hasna à la COP 23 à Bonn

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct