Département de la Drôme en France : Emmanuel Macron giflé

Lors d’un déplacement effectué ce mardi 8 juin 2021, dans le département de la Drôme, à Tain-l’Hermitage, dans le sud-est de la France, le Président de la République française, Emmanuel Macron a été victime d’une agression. Deux personnes ont été interpelées.

C’était suite à une visite effectuée par le Président de la République française, Emmanuel Macron dans un lycée hôtelier qu’un Drômois l’a giflé. Suite à cet incident, une enquête a été ouverte pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique. Deux hommes ont été interpellés et placés en garde à vue.

Par ailleurs, les condamnations sont unanimes au niveau de la classe politique française. La principale opposante du Président Macron, Marine Le Pen a condamnée l’acte sur le plateau de BFM TV. Selon la Cheffe de Rassemblement National (RN ainsi déclaré qu’«il est inadmissible de s’attaquer physiquement au président de la République. Je suis la première opposante à Emmanuel Macron, mais il est le président : on peut le combattre politiquement, mais on ne peut pas se permettre à son égard la moindre violence ».

Quant à Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à la présidentielle de 2022, il déclare dans un tweet « Cette fois-ci vous commencez à comprendre que les violents passent à l’acte ? Je suis solidaire du président »

Par ailleurs, Xavier Bertrand, président ex-LR de la région Hauts-de-France condamne à son tour l’acte. « Je condamne avec la plus grande fermeté le geste inacceptable dont a été victime Emmanuel Macron. Aucun désaccord politique ne justifiera jamais la violence. Le respect des institutions de la République et de ses représentants est un principe cardinal de notre vie démocratique », a-t-il dit sur son compte Tweeter.

Sur son compte Tweeter, Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle: « Je condamne avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime le Président de la République ». Tandis que Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout la France à la présidentielle, affirme que le « symbole d’une fonction présidentielle abaissée dans un pays qui a perdu ses repères ». Il a ensuite écrit sur son compte tweeter que « puisse cette agression intolérable sur le Président de la République faire comprendre à quel point notre démocratie est en péril »

A noter que c’est la toute première fois qu’Emmanuel Macron est physiquement agressé. Mais il est régulièrement interpellé pendant ses déplacements, parfois hué et insulté comme en 2018 au Puy-en-Velay.

Ibrahim Djitteye

Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Russie : après la Centrafrique, un accord débute avec le Congo

Elections régionales: les échecs d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen interrogent le scénario de 2022

Le Département d’État des États-Unis et Pact organisent un concours d’innovation pour les jeunes entrepreneurs en Afrique de l’Ouest

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct