France: après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée

Après deux années de concertations, six jours de grève et de manifestations en France, le Premier ministre dévoile ce mercredi 11 décembre sa réforme des retraites – et les compromis que l’exécutif est prêt, ou non, à accorder pour tenter de calmer la colère.

 

Édouard Philippe présentera à la mi-journée les grandes lignes de la réforme des retraites. Un moment très attendu avant lequel les syndicats ont essayé de maintenir la pression, en organisant hier une deuxième journée de manifestation. La mobilisation reste forte, même si elle a été moins importante que la semaine dernière, et la grève continue à paralyser les transports.

« Pas d’annonces magiques », prévient Édouard Philippe

Édouard Philippe l’a reconnu ce mardi, il n’y aura pas « d’annonces magiques » dans le discours qu’il prononcera à midi. Une ultime réunion a eu lieu dans la soirée à l’Élysée, où Emmanuel Macron a reçu ministres et responsables de la majorité pour faire le point sur les annonces à venir. « Quoi que dise le Premier ministre, ça ne sera pas de nature à désamorcer la grève totalement, confie l’un des participants à RFI. Ça va traîner jusqu’à Noël. »

Pour l’exécutif, l’enjeu n’est pas de convaincre les irréductibles de la SNCF et de la RATP, analyse Valérie Gas, cheffe adjointe du service politique de RFI. Eux l’ont déjà dit : ils veulent le retrait de la réforme. L’objectif d’Emmanuel Macron est de rassurer les Français qui soutiennent encore majoritairement le mouvement, et de convaincre au moins une partie d’entre eux du bien-fondé de la réforme. Même si, dans la majorité, on refuse de dire qu’on attend le « pourrissement » du mouvement, il s’agit bien de faire basculer l’opinion publique.

À quelles concessions s’attendre ?

Une première piste envisagée est le report de la mise en œuvre de la réforme. Elle devait s’appliquer aux salariés âgés aujourd’hui de 56 ans : ils seraient finalement épargnés. Le nouveau système concernerait les générations nées en 1975 ou après. Des actifs qui ont aujourd’hui 44 ans au maximum, et qui ont donc plus de temps pour se préparer à cette échéance.

Deuxième piste, proposée dès maintenant : une revalorisation des salaires des enseignants, les fonctionnaires les plus pénalisés par le nouveau calcul de la retraite. La transition serait également aménagée pour les régimes spéciaux, qui ont le plus à perdre dans ce système universel.

Enfin, le Premier ministre pourrait renoncer au report de l’âge légal de la retraite, qui est aujourd’hui fixé à 62 ans. Ce serait une abdication pour Édouard Philippe, mais aussi le mot magique attendu par la CFDT, analyse Dominique Baillard, du service économie de RFI. Le seul syndicat au départ acquis à cette réforme est devenu très méfiant et muet, en raison du flou persistant entourant cette réforme majeure du quinquennat.

Malgré ce flou, il est certain qu’Emmanuel Macron a été à la manœuvre en coulisses et qu’il y a des impératifs pour le président de la République, souligne Valérie Gas. Au premier rang desquels celui de faire une réforme des retraites qui supprime les régimes spéciaux, et permette de passer à un système universel par points. Avec un message, explique un responsable de la majorité : « qu’il n’y ait que des gagnants ». C’est à Édouard Philippe que revient cette tâche compliquée, qui nécessitera sûrement des compromis.

Source: Rfi.fr

Vous allez aimer lire ces articles

Le covid-19 a fait au moins un million de morts dans le monde

Donald Trump n’a payé aucun impôt durant 10 des 15 années précédentes

60e anniversaire du Mali : les Américains de cœur avec les maliens

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct