Malijet.co

Dr Sékou Diakité à propos de l’élection présidentielle de 2018 : «… Jeunes, arrêtez de suivre sans analyse les Leaders d’opinions (Activistes, Religieux) qui sont pires que les politiques …et faites un vote utile le jour J »

Le 29 juillet prochain est un grand rendez-vous électoral dont tous les Maliens doivent saisir avec patriotisme et fraternité. Et cela, en bannissant toute tentative pouvant conduire au désordre dans le pays. Ainsi, votre Quotidien LE COMBAT, s’est taché de recueillir quelques propos du Docteur Sékou Diakité, Économiste et Leader politique à Kati. Lire cette interview !

LE COMBAT: Dr, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Docteur Sékou Diakité: Merci de m’offrir l’opportunité de m’exprimer dans votre journal. Je suis Sékou Diakité, Docteur en Sciences économiques, Professeur d’Enseignement Supérieur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG). Je suis également le Président fondateur des associations « Mouvement pour le changement à Kati’’ (MCK) et de « M’Békatifè ».

La situation sécuritaire alarmante du pays suscite des doutes sur la possibilité de tenir l’élection présidentielle du 29 juillet prochain. Alors, pensez-vous que le scrutin peut se tenir sur l’ensemble du territoire national?

Oui, je pense que l’élection de juillet prochain pourra se tenir. Ce, malgré la situation d’insécurité ; car, l’État malien n’est pas seul à garantir le scrutin au plan sécuritaire. Il a le soutien de la Communauté internationale par rapport à la tenue dans le délai de cette échéance électorale. Nous sommes un pays dépendant actuellement et ça veut tout dire.

Docteur, dans ces deux jours, nous assistons à un risque de violences entre les jeunes qui sont actuellement divisés en deux clans, dont l’un adepte du jargon «Boua Ka Bla » et l’autre de celui «Boua ta bla». Quels sont les sages conseils que vous pouvez les prodiguer afin d’éviter des hostilités postélectorales déplorables ?

 Aux jeunes, je leur conseillerais la prudence dans tous ceux qu’ils entreprendront. Qu’ils comprennent que ceux qui veulent mettre ce pays dans des problèmes postélectoraux n’ont jamais aimé ce pays et n’en mesurent pas les conséquences. La démocratie n’a pas besoin d’injures, ni de tapages inutiles, mais de sensibilisation afin de sanctionner ou de plébisciter par les urnes et non par les armes. Battez-vous pour le bonheur du Mali ; car, ceux qui font des manipulations ne vous aiment pas, vous les jeunes. Ce sont des gens  qui cherchent toujours à vous utiliser à des fins d’intérêts personnels ou partisans.

Étant le Leader  de plusieurs mouvements non moins un Guide politique de la ville garnison du Mali, qui de ces candidats  aura votre soutien en juillet prochain?

 J’attends de voir clair pour faire mon choix ; car, il y a eu trop de déclarations de candidature. Mais, vu les tendances, il y a deux  grands camps (IBK et Soumaïla Cissé). Mon choix  portera sur celui qui favorisera l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants à la tête du Mali en 2023. Et, cela n’est possible qu’en votant la continuité, mais pas en la rompant.

Par rapport à certains pays de la Sous-région où les périodes électorales et/ou postélectorales sont presque toujours soldées par de fortes crises avec la contestation des résultats issus des scrutins, que suggérez-vous aux candidats, à l’électorat et autorités compétentes ?

Le Mali est très différent de ces pays. Il n’y aura pas de contestations de résultats après la proclamation des résultats puisque, nous l’espérons bien, il n’y aura ni de fraudes lors du vote ni de modifications des résultats lors de la centralisation des procès-verbaux (PV). Les acteurs politiques savent ce qu’ils ont fait et le Peuple malien en a conscience. D’ailleurs, a-t-on intérêt à se donner la mort pour ceux-là qui ne l’a toujours mis qu’au second rang? Assurément non !

Votre dernier mot à l’adresse de notre lectorat, Docteur.

Mon dernier mot s’adresse aux jeunes qui doivent comprendre que le Mali ne peut compter que sur eux dans ces moments très pénibles du processus de sortie de crise. Soutenez le candidat de votre choix en toute responsabilité et arrêtez de suivre sans analyse les Leaders d’opinion (Activistes, Religieux) qui sont pires que les politiques. Sortez massivement pour battre campagnes en respectant les autres, et faites un vote utile le jour J. Que la jeunesse ait toujours en esprit cette citation de J.P. Tardivel: «Le vrai Patriote s’inquiète, non du poste qu’il doit occuper dans la patrie, mais du rang que la patrie doit atteindre parmi les Nations».

Propos recueillis par Seydou Konaté : LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Le PDES à l’opposition ou dans la majorité ? : Djibril Tall met les points sur les « I »

La troisième lettre ouverte de Sekhou Sidi DIAWARA adressée au Président de la République pour lui exprimer ses inquiétudes par rapport aux élections présidentielles prochaines

Professeur Issa N’diaye : « Les élections présidentielles à venir ne règleront pas les problèmes du Mali, tout comme celles de 2013 »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct