Malijet.co

Entretien avec Aïchatoun Touré, auteure du livre “Au-delà des tabous” : “Dans ce livre, je veux mettre l’accent sur le courage ou alors l’espoir, ce fait de se battre tant qu’on respire

Déjà auteure d’un premier livre “Journal d’une vie brisée”, publié en 2018 chez Innov Editions, la jeune écrivaine Aichatoun Amadou Touré vient de publier un nouvel ouvrage chez la même maison d’éditions. Le dernier livre de l’originaire de Goundam, intitulé “Au-delà des tabous” est le premier tome d’une trilogie qui aborde une multitude de thèmes sur la modernité et la tradition. Nous avons échangé avec elle autour de son ouvrage.  

 

Aujourd’hui – Mali : Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait !

Aïchatoun Amadou Touré : Je suis Aïchatoun Amadou Touré, j’ai 24 ans. Je suis originaire de la région de Tombouctou, précisément du cercle de Goundam. Je suis entrepreneure, présidente fondatrice de l’entreprise Codesign, une entreprise de services en ingénierie informatique, en graphisme, en traduction audio et écrite de documents. Également secrétaire générale de Musodev, une association malienne pour la promotion des femmes par les TIC et Consultante au sein d’une ONG. Ecrivaine, auteure des livres : Journal d’une vie brisée et Au-delà des tabous parus chez  innov éditions respectivement en 2018 et 2019.

Pouvez-vous nous présenter votre nouvel ouvrage ” Au-delà des tabous ” ?

Au-delà des tabous est une trilogie, le premier tome qui vient de paraitre parle de l’histoire d’une jeune fille de 12 ans atteinte du cancer du sang. Après une prédilection lui annonçant qu’elle n’ira pas au bout de ses 13 ans, elle décida de déjouer les pronostics et atteindre l’âge de 20 ans qu’elle considérait comme l’âge de la perfection, suite à une rencontre qu’elle avait faite sur le net. Elle rencontra deux jeunes filles de 19 et 20 ans avec qui elle vit tout au long du roman, des moments palpitants, tant en mauvaises émotions qu’en bonnes. Dans son aventure avec les deux jeunes filles, Anna se rend incessamment compte de tout ce que peuvent cacher les traditions et même le modernisme. Elle découvre toutes ces lois enfreintes par la nouvelle génération, tous les interdits de l’ancienne génération, tout le libertinage de la nouvelle génération, toute la sévérité de l’ancienne génération.

Dans cet ouvrage la réalité et la fiction se côtoient. Pourquoi ce mélange ?

En fait, il est vrai que c’est une œuvre de fiction mais inspirée de la réalité. Alors moi, dans presque tout ce que j’écris et ce que je lis, j’aimerai être emportée, être perdue dans ma lecture si je peux le dire ainsi, c’est-à-dire à un moment, me poser la question si je ce que je suis en train de lire n’est pas une histoire vraie. J’aime faire ressentir cela à mes lecteurs, pouvoir les emporter avec moi jusqu’à la dernière page. Mais j’insiste à la fin de la lecture pour essayer de revenir à la réalité car jusque-là tout ce que j’écris est fictif (rire).

A la lecture de ce premier tome, on ne voit pas clairement la portée du titre.  Pourquoi le choix de ” Au-delà des tabous ” ?

Alors, il se pourrait que vous n’ayez pas assez de tabous (Rire). Le roman parle de sujets qui dans notre société (malienne) sont considérés comme vulgaires ou pas appropriés surtout pour les jeunes filles qui sont en fait les héroïnes du livre. Toutes les scènes qui devraient rester derrière le rideau, j’ai essayé ici de les montrer.

A travers l’image d’Anna, une héroïne malade n’attendant que sa mort annoncée mais qui continue de se battre, que tentez-vous de décrire ?

Ici, je veux mettre l’accent sur le courage ou alors l’espoir, ce fait de se battre tant qu’on respire. Anna pourrait juste attendre sa mort car il est clair qu’elle mourra, mais avant cette mort que d’ailleurs elle n’a jamais acceptée, elle continue de faire de belles choses, non parce qu’elle sait qu’elle va mourir, mais parce qu’elle se dit être assez forte pour combattre cette mort qui veut l’arracher sans remord de la vie à la fleur de son âge.

Beaucoup de thématiques sont abordées dans cet ouvrage, peut-on savoir quels messages vous voulez faire passer ?

En effet, il y a beaucoup de thématiques et elles sont toutes entre modernité et tradition, une histoire pour dire de ne pas laisser nos traditions. Elles sont notre boussole, les connaitre nous permettrait d’être guide.

Quel sera votre dernier mot ?

Merci au journal Aujourd’hui-Mali pour les efforts que vous menez pour faire sortir les nouveaux auteurs de l’ombre. Merci pour tout cet intérêt que vous nous portez. Merci aux lecteurs, grâce à qui mes écrits et mes personnages prennent vie car comme j’ai l’habitude de le dire, ce n’est quand lisant les histoires que les personnages prennent vie. Alors continuez à lire et partager les livres avec vos proches et donnez vos avis après lecture sur ma page Facebook pour permettre à tous ces héros et héroïnes de rester en vie.

Réalisé par Youssouf KONE

Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

La CMAS, un parti politique ou une Association Islamique ?: Sept bonnes questions à l’Imam Mahmoud Dicko

IBK : « grâce à Dieu, je suis sorti de la limousine en flammes sans une seule égratignure »

Bakary Togola, président de l’APCAM en exclusivité : « Les accusations à mon endroit sont fantaisistes »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct