Malijet.co

La démocratie de Doumbotèmè : de Héros à zéro de zéro à Héro de Amadou Barobo Kassogué : Un livre qui peint les tares des démocraties modernes

‘’La démocratie à Doumbotèmè : de Héros  à zéro de zéro à Héro’’ est le nouvel ouvrage du jeune écrivain malien, Amadou Barobo Kassogué. Un livre qui expose les tares des démocraties actuelles. Lisez l’interview !

 

Le pays qui  est Amadou Barobo Kassogué ?

L’auteur : je m’appelle Amadou Barobo Kassogué. Je suis un enseignant de profession, pédagogue de formation et écrivain. Après mes études fondamentales dans mon village natal, je suis allé dans le cercle de  Koro pour faire le lycée, mais j’ai réussi   mon BAC au lycée Ibrahima Ly de Banankagougou à Bamako. J’ai une maitrise en science de l’éducation et un autre diplôme de l’institut de formation des maitres, plus précisément de  l’IFM Bakary Thiéro de Niono.

Vous venez de dire que vous êtes enseignant et diplômé en science de l’éducation, pourquoi avez-vous donc choisi d’écrire à votre jeune âge ? 

J’ai bien évoqué au début que j’étais enseignant. Donc, un enseignant c’est quelqu’un de curieux, c’est quelqu’un qui cherche à évoluer et à faire évoluer les autres. D’une manière, l’écriture est une sorte de contribution pour moi  à la lecture, à la culture, à l’éducation. Car la lecture, c’est un noyau du développement aussi bien de l’élève que de l’enseignant. Donc toute personne qui contribue à la  production d’un texte contribue également à la culture de la lecture. En plus de cela, écrire était également un défi pour moi. Un défi parce qu’il  demande beaucoup de  courage et d’audace. Une autre  de mes sources de motivation réside au fait que  c’est aussi un moyen de communication.

Vous venez de mettre sur le marché un nouvel ouvrage, La démocratie à Doumbotèmè : de Héros  à zéro de zéro à Héro. Pourquoi ce titre ?

La démocratie à Doumbotèmè vise à inviter les gens à découvrir comment la démocratie marche dans cette République. Une république comme n’importe quel autre pays dans le monde.  Si je n’ai pas choisi nommément un pays ou une nation, c’est parce que ce livre est un roman. Un ouvrage qui  peut aller au-delà des réalités. Il y a une part d’imagination et de fiction qui se mêle dans ce livre. À travers Doumbotèmè, c’est beaucoup de pays qui peuvent s’y retrouver.

Dans ce livre, vous abordez la problématique des élections, qu’est-ce qui vous  a conduit   à cela ?

Qui parle de démocratie parle forcement d’élections. Les élections qui sont décrites dans ce document sont plus généralement les réalités de la vie politique africaine. Une situation  que  nous voyons quotidiennement  dans plusieurs pays africains.

Vous évoquez également l’utilisation des réseaux sociaux par les hommes politiques dans la  République démocratique de Doumbotèmè, comment percevez-vous  ces réseaux sociaux dans une démocratie ?

Ma conception face à l’utilisation des réseaux sociaux lors des élections se divise en deux phases. Un côté positif et un autre négatif. Le côté positif peut s’expliquer par son rôle à rendre  l’explication et la visibilité  des programmes de campagne des candidats à l’élection et également la communication des différents mouvements des prétendants du pouvoir. Les inconvénients se situent au niveau des photos et  vidéos montages, des informations sans source, qui sont néfastes en période électorale. Sur ce point,  je peux dire que l’utilisation des réseaux  sociaux est bonne, dans la mesure où on s’en sert positivement et mauvaise quand c’est exploiter dans le mauvais sens.

Que doit-on comprendre par l’expression ‘’de Héros à zéro de zéro à Héro’’?

Comme évoqué, ce roman relève à la fois de la réalité et de la fiction. Ça peut aller au-delà de la réalité puisque c’est le reflet de la société. Dans ce roman, certaines personnes, considérées au début comme des héros sans être mises à l’épreuve, ont été des échecs après, donc des zéros. Quand vous mettez ces personnes à l’évidence, vous découvrirez  par vous-mêmes le  genre d’hommes qu’ils sont véritablement. Ce cas est bien décrit dans le roman où des gens considérés au début comme des héros ont été après hués dans la rue par la population. Parallèlement au premier, il y’a des gens en qui nous ne croyions pas, mais qui sont arrivés souvent  à prouver le contraire en se montrant plus  compétents. Comme le  cas du pouvoir de transition, dans le roman,  qui a   su bien assurer malgré le pessimisme de tous.

Quelle leçon de morale enseigne cet ouvrage ?

Les gens qui arriveront à lire ce bouquin auront beaucoup de leçons à apprendre. Comme je l’ai toujours dit, la lecture est comme un voyage. Elle nous permet d’apprendre des choses qui échappent souvent à notre réflexion. À travers ce livre vous allez apprendre la démocratie, pas dans le vrai sens du terme pour parler comme Jean Jacques Rousseau qui trouve que la démocratie au vrai sens du terme n’a jamais existé  et  n’existera point, mais la démocratie dans la République démocratique de Doumbotèmè  qui expose des leçons politiques, économiques et morales. Vous découvrirez également, le début et la fin de carrière de beaucoup de personnalités.

Avez-vous toujours des projets d’écriture ?

Je suis un jeune enseignant qui est à ses débuts. De ce fait,  tant que les moyens me permettront, je ne compte pas m’arrêter là. J’ai toujours des ambitions d’écriture, peu importe que ça soit des romans ou autres.

Quelle orientation donnez-vous à ceux qui comptent se procurer de votre ouvrage ?

Aujourd’hui les exemplaires de ce livre sont disponibles un peu partout dans  les pays francophones, principalement dans les librairies Harmattan. Pour les lecteurs maliens, ce  livre est disponible à la maison d’édition harmattan qui se trouve à Niamakoro cité UNICEF, au grand hôtel de Bamako et avec l’auteur lui-même. Mais nous sommes en œuvre pour que le livre soit disponible dans toutes les bibliothèques  nationales.

Votre dernier mot, si vous en avez ?

Comme toujours, chaque fois que l’opportunité se présente, je ne cesse d’interpeler les autorités politiques et éducatives à cultiver la lecture au Mali. Il faut que les jeunes apprennent à lire, car, c’est de  véritables trésors qui se cachent dans les livres. Et c’est en lisant seulement qu’on peut acquérir ces trésors. Mon dernier mot est que la culture de la lecture soit mise en valeur et aussi que, les autorités soutiennent les jeunes écrivains à aller au-delà de leurs ambitions.

Réalisée par Issa Djiguiba

Source : Le Pays

Vous allez aimer lire ces articles

Dialogue national inclusif: Du 23 au 24 de ce mois d’octobre 2019, les Maliens de la diaspora française iront à leur tour aux assises des concertations

CHAN 2020 : Nouhoum Diané, «je n’ai jamais doute de cette équipe»

Interview de S.E.M.Vladimir Poutine à la veille du sommet Russie-Afrique

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct