Dimanche 3 décembre 2017, le gouvernorat de Ségou a servi de cadre pour la clôture de la conférence Nationale du conseil National de la jeunesse,, marquée par l’intronisation de Souleymane Satigui Sidibé comme président du CNJ-MALI. La cérémonie de clôture était  placée sous la présidence du ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne, Amadou Koïta. C’était en présence du nouveau président du conseil National de la Jeunesse, du nouveau président d’honneur Honorable Oumar Traoré et des anciens du CNJ.

 Dans son discours de clôture le président du conseil national de la jeunesse souleymane Satigui Sidibé a rendu un hommage appuyé à son prédécesseur, Mohamed Salia TOURE pour avoir su porter loin les couleurs de notre faitière en se montrant un fervent défenseur de la cause de la jeunesse. « L’ émotion qui me submerge au moment où je vous parle, je vous demande de la recevoir simplement comme un témoignage de ma sincérité, de ma vérité, de ma camaraderie ».
Il a dit que, « le moment est venu de réduire les abîmes qui nous séparent. Nous savons bien que nul d’entre nous, agissant seul ne peut obtenir la réussite. Nous devons donc agir ensemble en tant que jeunesse unie, pour la réconciliation nationale, pour la construction de la nation, c’est pourquoi, je vous invite à la retenue et à la réflexion profonde sur le sens que nous devons donner à notre combat commun
 ».

Il a invité ses camarades à l’esprit d’équipe, à avoir des oreilles attentives, à avoir des âmes sensibles, à respecter l’intégrité physique. « Avançons ensemble et soyons meilleurs à chaque jour…Il n’y a que de cette manière que nous renverserons tous les obstacles auxquels nous ferons face »

Le ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne Amadou Koïta a salué, les jeunes du Mali, réunis à Ségou dans leur diversité et leur sensibilité  et a apprécié leur engagement et leur attachement à la structure mère. Il a fait savoir que, durant deux jours de travaux vous ont permis d’évaluer les chemins parcourus parsemés d’embûches, d’obstacles, d’entraves et vous ont également permis de préserver et de sauvegarder l’unité de la structure. Aux dires du ministre, les textes du CNJ Mali connaissent des insuffisances tant de forme que de fond. Le congrès de Bandiagara avait fortement recommandé de concert avec la faitière et de revoir ces textes et de proposer un autre modèle de fonctionnement, souligna t’il. Le ministre a instruit à la Direction nationale de la jeunesse d’entamer ce processus sans exclusive avec tous les acteurs. Il conseilla au jeune d’éviter la médisance et l’iniquité qui sont les armes des plus faibles. Pour lui, il faut cultiver la solidarité, l’entraide entre vous et instaurer le dialogue intergénérationnel. Raffermissez les liens d’amitié et de fraternité entre vous. Ayez toujours à l’esprit que chaque génération est comptable des actes de son temps et responsable des actes qu’elle pose.

Amadou Koïta a rappelé que, l’engagement des dirigeants a été fortement réaffirmé. Le ministre conclu par  remercier tous ceux qui se sont impliqué dans la réflexion, l’organisation de la présente conférence nationale et souhaiter aux participants, bon retour dans leur foyer respectif.

Mariam Dite Mama Diarra

Envoyée spéciale à Ségou

MAMADOU TRAORE DIT M, PRESIDENT DE LA FEDERATION DE LA JEUNESSE RPM DE SIKASSO 

« Le peuple du Kénédougou requinqué »

La jeunesse RPM de la 3ème  région du Mali,en mission du président de la fédération régionale des Tisserands de la région de Sikasso, Dr Nango Dembélé, aura été à hauteur de mission avec une démonstration de forte mobilisation sur tous sites lors du séjour d’IBK dans la capitale verte. Le président du bureau fédéral de la jeunesse RPM, secrétaire général de des jeunes de Koutiala et membre du Bedes jeunes du RPM a bien répondre à nos questions

Le Pouce : Comment la jeunesse RPM a préparé cette visite du chef de l’Etat ?

Mamadou Traoré : « Je voudrais profiter de vos colonnes pour remercier l’ensemble des tisserands de la région de Sikasso, l’ensemble des camarades de la mouvance présidentielle et des sympathisants pour la mobilisation dont ils ont fait montre à l’occasion du séjour de notre président dans la région de Sikasso. C’est la preuve de l’attachement de tout un peuple à son président. Merci aussi aux autorités administrative, politique, religieuse et coutumière ainsi qu’aux familles fondatrices pour la parfaite organisation de cet évènement mémorable. Pour revenir à votre question, depuis plusieurs semaines nous nous sommes mis au travail pour déjouer les tentatives de sabotage orchestrées par des gens que nous connaissons. Notre jeunesse, en parfaite symbiose avec d’autres de la mouvance présidence, n’avait qu’un seul souci, celui de gagner le pari de la mobilisation. Nous avons fait le porte à porte, sensibiliser le uns et les autres sur la nécessité de réserver un accueil inoubliable à notre hôte de marque. Sikasso a une hospitalité légendaire connue de tous. Pendant trois semaines nous avons parcouru les sept cercles de la région de Sikasso, animé des rencontres afin de mieux sensibiliser cette jeunesse dont l’amélioration des conditions reste une préoccupation majeure et réelle du chef de l’Etat. Il faut reconnaitre que le président de la fédération des sections mères de la région de Sikasso, en la personne du camarade, Dr Nango Dembélé était au-devant de tout  ce qui s’est passé. Nous étions en mission du président de la fédération pour qui cette visite constituait un test grandeur nature. Il a gagné son pari ».

Le Pouce : Quelle a été l’implication des jeunes de la majorité présidentielle ?

Mamadou Traoré : « Ils étaient là et ont joué pleinement leur partition. Toutes les couches vives de la population ont participé de façon honorable à la réussite de cette visite. Chacun a mobilisé ».

Le Pouce : Comment voyez-vous l’échéance de 2018 ?

Mamadou Traoré :« Nous travaillons à çà même si déjà il ya une multitude de prétendants. Il faut s’investir en occupant davantage le terrain afin de susciter et de soutenir la candidature de IBK. Pour ce faire, la jeunesse doit jouer son rôle de fer de lance du parti, continuer à sensibiliser et à échanger avec les uns et les autres sur le projet de société du président et expliquer son programme d’urgence sociale. En quatre ans d’exercice le locataire de Koulouba a posé des actes de développement majeurs. Il existe un attachement réel des populations au président de la république. Les populations du Kénédougou croient en ce qu’IBK fait, pour l’avoir vu à l’œuvre. Nous pensons qu’il faut accorder un second mandat au président IBK afin de parachever son projet pour le Mali. Nous de la jeunesse RPM travaillerons pour ce second mandat. Cette visite a permis au chef de l’Etat de tâter le pouls des populations de la 3ème région qui constitue un bastion électoral important. Mettons-nous au travail  pour maintenir en 2018, IBK dans son fauteuil ».

Le Pouce : Vos attentes ont-elles été comblées ?

Mamadou Traoré : « Oui et je dirais que le peuple du Kénédougou a été requinqué par cette visite présidentielle. La population attend que l’actuel locataire de Koulouba se prononce officiellement sur sa candidature. A travers ma modeste personne, de président de la jeunesse RPM de la région, nous voulons que le président se présente ».

Propos recueillis par  Tiémoko Traoré

Le Pouce