Dans le cadre du renforcement des capacités en expertise scientifique et technique pour la gestion et la transmission des données via téléphone mobile dans les pays du CILSS (Comité permanent inter-état dans la lutte contre la sécheresse au Sahel), agrhymet, à travers le service de météorologie et Orange Mali, vient de lancer une boite à outil. C’était, le jeudi 16 avril 2015 au Parc National, sous la présidence du Ministre de l’équipement, des transports et du désenclavement Mamadou hachim Koumaré. Il avait à ses côtés le directeur d’Orange Mali, Jean Luc Bohé, le directeur général de l’agence National du Mali, Météo Djibrila Maïga, et celui du centre Régional d’Agrhymet, Pr. Bouafu Kwabe Marcel.

marche cerealier sacs riz mil fonio region segou mali

A travers cette boîte à outil, dit le directeur général du centre régional d’agrhymet, il s’agit d’améliorer la gestion des données hydroclimatologiques et satellitaires afin de renforcer les capacités des acteurs; produire de l’information hydro-climatologiques de qualité, communiquer et diffuser de l’information hydro-climatologiques aux usages pour mieux les accompagner dans leurs stratégies d’adaptation au changement climatique. Selon, lui cette boite à outil couvrira tous les pays de l’espace CILSS et de la CEDEAO. D’où le choix du Burkina, du Niger et du Mali, comme pays avec essentiellement des actions de renforcement des capacités en équipement et en expertise. Au dire de Bouafu, les principales activités assignées sont entre autres: consolider et améliorer le collecte des données des réseaux hydro-climatologies nationaux, appuyer la gestion de ces données et améliorer leur accès, renforcer les capacités de traitement et analyser les données d’observation du terrain et satellitaires, améliorer les prévisions hydrométéorologiques pour les applications du secteur de l’agriculture et de l’eau, ainsi que la gestion des risques hydro-climatologiques, développer des scénarios climatiques pertinentes pour appuyer les secteurs d’adaptation dans les secteurs de l’agriculture, de l’eau…, appuyer les usages finaux dans leurs actions par la communication et la dissémination de l’information.

H.B.F                                         

source :  Le Républicain