Bamako et le reste du pays connaîtra une grève de 48 h des transports routiers. C’est la conséquence du bras de fer qui oppose le ministère des Transports et les syndicats suite à  l’organisation de l’élection de l’assemblée consulaire. Ici, c’est l’interprétation des textes qui crée problème.

sotrama vehicule voie rue mache passage

Faute de consensus entre le ministre des Transports et un groupe de syndicats évoluant dans le secteur, une grève de 48 h est décrétée.

Ce mouvement de grève concerne l’ensemble du pays, il est prévue ce mardi et constitue le début d’une série d’autres visant à paralyser le secteur. C’est une certitude chez les organisations et syndicats des transports.

Alpha Mahamane Cissé

 

Source: L’Indicateur du Renouveau