Fédération des guides touristiques du Mali : Une ambiance explosive après des accusations de 17.900.000 FCFA détournés.

Au Mali, la crise sanitaire liée au COVID-19 a révélé beaucoup de voyous dans différents secteurs d’activités. Si le dossier a déjà été examiné par le bureau du vérificateur, il n’en demeure pas moins grave que plusieurs structures ont été épinglées dans la gestion des fonds qui leur avaient été alloués.

Parmi les secteurs qui sont affectés, depuis déjà quelques années, figurent l’artisanat et le tourisme. Les acteurs du secteurs vivent l’enfer pour deux raisons principales. Dans le centre et le nord du Mali, l’atmosphère terroriste et les trafics humains ont mis frein aux visites touristiques.

Quant à la maladie Coronavirus, elle a presque pris le monde en otage. C’est à la faveur de cette situation que le département de l’artisanat avait alloué 96.256.800 FCFA aux guides touristiques constitués en fédération.

Selon un responsable de la Caravane nationale des guides touristiques du Mali, une partie de cet argent a disparu, donc détourné. Estimés à 522 personnes, chaque guide devrait bénéficier d’un montant 184.400 FCFA.

Mais selon plusieurs guides que nous avons écoutés, c’est un montant de 150.000 FCFA qu’ils ont perçu chacun et dont le total s’élèverait à 78.300.000FCFA. L’acte apparaît criminel, au regard des investigations et des bordereaux que nous avons pu consulter. Les guides de Tombouctou, Djenné, Mopti ou Badiangara, martyrisées par la crise multidimensionnelle, sont les principales victimes de ce vagabondage que le ministère de l’artisanat et du tourisme doit clarifier.

Au moment où la justice traque des présumés délinquants financiers, il existe un chargé de mission qui fait retenir 17.956.800 FCFA sur les 96.256.800 FCFA. Les bénéficiaires dénoncent un reliquat de 34.400 FCFA soustrait a chacun des guides. Ce président de la fédération nationale des guides n’est autre qu’un charge de mission au département de l’artisanat, du tourisme et de l’hôtellerie.

Au sein de cette corporation, c’est une ambiance explosive qui règne et l’on se demande si l’auteur indexé de ce crime aurait pu agir seul. Les autorités de la transition se prévalent chaque jour qu’il n’existe pas de scandale a leur actif. En voici un défi à clarifier pour l’honneur de tous les acteurs. Le ministère du département Andogoly Guindo est interpellé, surtout après les promesses d’impunité lancées par le Président Assimi Goita.

ABC

Source: Figoro du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Apaisement du climat social : un comité de travail de 9 ministres bientôt mis en place.

Massacre d’au moins 31 civils sur l’axe Songo-Bandiagara : L’AMDH appelle à des réponses judiciaires à la hauteur de l’acte

OUVERTURE CE MATIN DU SÉMINAIRE SUR LA VULGARISATION DU STATUT DES FONCTIONNAIRES DE LA POLICE NATIONALE

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct