nimaga_assasinat

La voiture Mercedes de type C220 de Mamadou Nimaga, un commerçant import export de 42 ans, porté disparu le dimanche 13 octobre dernier a été interceptée le lendemain 14 octobre vers 18 heures au poste de contrôle routier de Niamana sur la RN 6(route de Ségou) avec à son bord, l’Inspecteur de police Salif Tangara, classe 1980 en service au Commissariat de police du XIIIè arrondissement et son épouse. Les deux occupants sont conduits devant le Commissaire divisionnaire de police N’Togoun Niaré, en charge du même Commissariat qui a ouvert une enquête pour retrouver le propriétaire du véhicule et celui qui l’a déposé à l’endroit où il a été retrouvé.

Mais à la suite de la plainte déposée contre X par les parents du porté disparu auprès du Procureur de la Commune VI, le Divisionnaire de police Niaré est dessaisi de l’enquête au profit du Commandant Georges Keita, patron du Service d’investigations judiciaires de la gendarmerie du Camp I. Alors que les recherches se poursuivaient pour retrouver Mamadou Nimaga, un corps nu, en état de putréfaction, attaché par une corde et enfoui dans du plastic noir découvert le mardi 15 octobre à Mountougoula est inhumé sur place sur ordre du Major Soumaïla Coulibaly, commandant la Brigade territoriale de gendarmerie de Baguineda, informé de la découverte macabre.

Le lendemain, il est exhumé pour identification en présence des parents du porté disparu qui ont confirmé que c’est bien Mamadou Nimaga. L’autopsie qui n’avait pas été faite pour déterminer les causes de la mort devra pouvoir l’être. Pour l’heure, le Commandant Georges Keita a sous la main trois suspects, notamment l’Inspecteur de police Salif Tangara, son épouse et un garagiste du lieu de la découverte du véhicule.

Même si le policier, semble t-il,  était désigné par sa hiérarchie pour ramener le véhicule au Commissariat, la présence de son épouse à ses côtés, laquelle ne faisait pas partie de la mission soulève des interrogations. Par ailleurs, l’enquêteur pourrait explorer la piste du crime passionnel  vu que le défunt a été retrouvé nu. Il y a beaucoup de maquis dans le secteur.