Malijet.co

Agenda du week-end/concert : Les Amazones d’Afrique vont enflammer l’IFM ce vendredi

A l’occasion de la sortie mondiale de l’album “Les Amazones d’Afrique, République Amazone”, (Realworld), l’Institut français de Bamako (IFM) accueille le collectif les Amazones d’Afrique. Ce concert, une exclusivité au Mali, est prévu ce vendredi 3 mars 2017.

musique

Les Amazones d’Afrique est un super groupe féminin qui réunit des chanteuses unies dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Stars incontestées ou “secrets mieux gardés”, les musiciennes qui participent à ce projet figurent toutes parmi les voix les plus belles et les plus acclamées de la musique ouest-africaine.

A l’origine du concept, il y a trois divas maliennes : Oumou Sangaré, Mamani Kéita et Mariam Doumbia (duo Amadou & Mariam). Ces stars du showbiz ont donné leur premier concert commun au festival de la Fiesta des Sud, à Marseille (France) en octobre 2015.

Le trio a par la suite élargi son horizon à la grande cantatrice Kandia Kouyaté, à la légende germano-nigériane du hip-hop Nneka et à Inna Modja au flow féministe incontesté. Côté chœurs, l’expérience a permis aux mélomanes du showbiz de découvrir la talentueuse auteur-compositrice-interprète Mariam Koné, la pétillante Pamela Badjogo et la bouillante Rokia Koné.

Ce beau collectif est complété par la batteuse malienne Mouneïssa Tandina. A noter que la koriste (joueuse de Kora) Madina Ndiaye a un moment évolué avec les Amazones d’Afrique.

Un melting-pot générationnel et musical qui brasse les générations et les énergies et perpétue la tradition mandingue en lui insufflant l’électricité des mégalopoles africaines. Blues mandingue, funk, bribes de dub, rythmes antiques fusionnés à leurs cousins rythmiques occidentaux.

Inspirées des redoutables et mystérieuses guerrières du Dahomey (Bénin), ces chanteuses et musiciennes se sont unies pour lutter pour la liberté d’être femme, d’être musicienne. Sur scène et dans la vie au quotidien, elles se battent pour perpétuer cette “longue tradition d’émancipation portée par des femmes d’Afrique de l’Ouest”.

Ainsi, le premier single du disque, “I Play The Kora”, est l’illustration de la cause défendue avec toutes les voix qui proclament : “Nous devons nous soulever et combattre l’injustice, car nous nous sommes tous égaux”.

Le choix de la kora n’est pas fortuit puisque jouer cet instrument mythique du Mandé a longtemps été “un privilège exclusivement masculin”. Les femmes n’avaient pas le droit de jouer de cet instrument…

Les Amazones d’Afrique s’associent aussi aux activistes qui luttent quotidiennement pour cette cause sur le terrain. Les bénéfices de “I Play the Kora” contribueront au financement de la Fondation Panzi du Dr. Mukwege, dont les actions ont apporté de l’aide à plus de 40 000 femmes et jeunes filles en République démocratique du Congo (RDC). En soutien à la Fondation, les Amazones ont donc lancé également une campagne de “crowdfunding”.

“Les violences faites aux femmes restent aujourd’hui une des pandémies les plus universellement partagées. Elles n’épargnent aucune région, aucun milieu, aucune génération, aucune religion”, rappelle Dr. Denis Mukwege, initiateur de la Fondation Panzi.

Devant l’urgence de la situation, les Amazones d’Afrique lancent cette campagne de crowdfunding pour contribuer au financement de la Fondation humanitaire.

Les bénéfices générés par cette opération permettront de financer certaines opérations de réparation gynécologique et de contribuer à la réinsertion socioprofessionnelle des victimes.

Depuis 1999, la Fondation Panzi travaille sans relâche en faveur des victimes de viol collectif, qui est utilisé comme arme de guerre par les groupes armés pour terroriser la population et détruire le tissu social dans la région des Grands lacs. Chaque année, l’hôpital et la Fondation prennent en charge médicalement plus de 3600 de ces victimes et leur apporte également un soutien psychologique, économique et juridique.

Le concert de vendredi prochain est une opportunité de découvrir les Amazones d’Afrique et leur premier opus. Elles promettent d’enflammer l’IFM avec des titres comme “Dombolo”, “Mansa Soyari”, “I Play Kora”, “Deep In Love”, “Nebao”, “Wedding”, “Kounani”, “Anisokoma”, “Desert Storm”, “Full Moon”, “Doona” ainsi que “La Dame et ses valises” et de nombreuses autres surprises.

Alphaly

Les Amazones d’Afrique à l’IFM de Bamako

Vendredi 4 mars 2017. Entrée : 5000 F CFA pour la bonne cause

 

Source: Le Reflet

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: En colère, les fans de Sidiki Diabaté l’attaquent

Nouvel album d’Oumou Sangaré: sortie de « MÔGÔYA » le 7 mai 2017

“BI MOGOYA” : Le nouvel album d’Oumou Sangaré dans les bacs le 7 mai

ORTM en direct Africable en direct