Askia Modibo : le retour du rasta

Le revoilà ! L’auteur du tube emblématique à la gloire des Aigles s’apprête à mettre un nouvel album sur le marché discographique. L’artiste se rappelle au bon souvenir des mélomanes après un long silence

Sa chanson dédiée à l’équipe nationale du Mali à la veille de la CAN-1994 en Tunisie, est devenue avec le temps, quasiment l’hymne des Aigles du Mali. Le morceau n’a pas pris une seule ride, selon de nombreux supporteurs des Aigles. C’est en tout cas ce qu’a constaté Mossa Ag Attaher, ministre de la Jeunesse et des Sports lors du CHAN en janvier 2021 au Cameroun. Il a alors décidé de rencontrer l’artiste. « Au nom de la patrie reconnaissante, j’ai reçu lundi 15 février 2021, l’auteur de ce single «Les Aigles du Mali», a annoncé le ministre dans un communiqué.

Askia Modibo, de son vrai nom Modibo Koné, est un musicien et chanteur de reggae malien, né en 1968 à Ké-Macina (Mali). Askia Modibo débute dans la musique par des chansons traditionnelles bambara sous le nom de Modibo Koné. Il se tourne ensuite vers le reggae, rencontre notamment Alpha Blondy en Côte d’Ivoire et Tiken Jah Fakoly. Il enregistre en 1996 un album intitulé wass-reggae. En 2001, il sort un album dédié à l’Équipe du Mali de football, Mali foot, allez pour la victoire, à quelques mois de la Coupe d’Afrique des nations de football au Mali.

L’artiste, que nous avons reçu, s’est dit très impressionné par cette sollicitude du ministre de la Jeunesse et des Sports. Il a beaucoup apprécié aussi les « mots très forts du président de la Transition Bah N’Daw » quant il l’a reçu en même temps que les joueurs de l’équipe nationale cadette de football. Les autorités de la Transition ne se limiteront pas seulement au diplôme de reconnaissance à lui décerné. Askia Modibo bénéficiera désormais de l’accompagnement de l’État du Mali.

On se rappelle que lors de la 23è édition de la Coupe d’Afrique des nations de 2002 au Mali, les artistes ne sont pas restés en marge de cette compétition. Ils ont joué pleinement leur rôle en composant plusieurs chansons à la gloire des Aigles du Mali pour les pousser à voler haut dans le firmament du football africain.
Oumou Sangaré, Nèba Solo, Rokia Traoré, le Badema national et plusieurs autres ont manifesté leur soutien aux Aigles avec des chansons. Mais le «Tièfari foli» de Askia Modibo est resté le tube très prisé par les coéquipiers de Soumaïla Coulibay, Seydou Keita dit Seydoublen, Bassala Touré, même les binationaux, pour la plupart, qui ne maîtrisaient pas la langue nationale, écoutaient la chanson fétiche lors du trajet Kabala-stade du 26 Mars.

La chanson de Askia Modibo a continué à bercer les supporters et les Aigles pour les campagnes de la Coupe d’Afrique des nations de 2004, 2008, 2010. Les joueurs ont toujours écouté les chansons pour essayer de se doper le moral et défendre vaillamment les couleurs maliennes. «Tièfari foli» reste le tube stimulateur de performance.

Aujourd’hui, Askia Modibo a deux projets, le premier est celui d’une tournée dans les garnisons de notre pays afin d’encourager les troupes sur les différents fronts.

Le second est la sortie prochaine d’un nouvel album intitulé « Héritage » et qui comporte 9 titres. Dans le premier morceau intitulé : « Ne tirez pas », le chanteur estime qu’il est temps de pousser un coup de gueule contre le crépitement des armes. « Pourquoi les hommes ne veulent-ils pas s’asseoir autour d’une table pour discuter des problèmes au lieu de prendre les armes pour s’exprimer », s’interroge-t-il.

Quant au deuxième choix de morceau, c’est « Niumamba » ou la belle. Un titre dédié aux femmes de notre pays et à celles du continent africain. Et comme troisième choix, Askia nous parle de « Gnogonfè », qui est un hymne à l’amour, à l’union. Pour l’artiste, si les Maliens acceptent de se donner la main, la crise multidimensionnelle ne sera qu’un vieux souvenir.

Source: Essor

Vous allez aimer lire ces articles

Maïmouna Soumbounou, artiste musicienne : « Je n’ai pas choisi d’imiter Oumou Sangaré pour son argent »

Mali: rassemblement de soutien au rappeur Dr Keb et à ses accompagnateurs

Mort de Jacob Desvarieux, maître du zouk avec Kassav’ et interface entre les Antilles et l’Afrique

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct