« AY », troisième album d’Ami Yerewolo, un voyage musical

Sorti en avril dernier, « AY », le nouvel album de la rappeuse malienne Ami Yerewolo, est un voyage musical et spirituel qui explore de nouveaux horizons.

Elle a jusque-là joué la carte de l’autoproduction avec sa structure Denfari, qui a produit ses deux albums Naissance et Mon combat, sortis respectivement en 2014 et 2018. Pour ce 3e album, la pionnière du rap féminin malien, Ami Yerewolo, a misé sur le label Othantiq AA de l’artiste camerounais Blick Bassy, s’affranchissant du machisme qui mine le mouvement rap.

AY, qui désigne les initiales du nom de scène de la rappeuse, compte 10 titres et combine intelligemment la musique électronique et les sonorités traditionnelles africaines. Une rencontre entre tradition et modernité, sublimée par une production innovante. AY est un véritable condensé de sonorités apaisantes.

Déjà, la pochette de l’album AY annonce les couleurs. A première vue, la prédominance de la couleur bleue capte. Y apparaissent 5 personnages jeunes, noirs, complices, habillés en différentes couleurs (rouge jeune, marron). Mais le bleu reste toujours dominant même sur un fond-arrière végétal où se mêlent, là aussi, le bleu et le vert. Le bleu est l’une des couleurs prisées dans le domaine des arts, symbolisant pour beaucoup l’élévation spirituelle et la divinité. Des mots qui trouvent toute leur place dans ce nouvel album. Le lien peut également être fait entre multiplicité des couleurs de la pochette et le contenu de l’album riche et varié.

Combats et spiritualité

Je gère, le premier single de l’album, soutenu par un beau clip, se dresse comme une dénonciation de la médisance et les commérages, qui peuvent porter préjudice. Elle y avertit ses détracteurs : « Ne ka vie toye, Laisses ! / I ma gninika, laisses ! / I da bô a la », qui peut être littéralement traduit comme suit : « Ne te mêle pas de ma vie/Ton avis n’a pas été demandé/enlève ta bouche dedans ».

 

Source: benbere

Vous allez aimer lire ces articles

Maïmouna Soumbounou, artiste musicienne : « Je n’ai pas choisi d’imiter Oumou Sangaré pour son argent »

Mali: rassemblement de soutien au rappeur Dr Keb et à ses accompagnateurs

Mort de Jacob Desvarieux, maître du zouk avec Kassav’ et interface entre les Antilles et l’Afrique

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct