Malijet.co

Parcours réussi : Fatoumata dite Mata Diarra l’héritière d’Abdoulaye Diabaté

Pourvue d’une voix exceptionnelle, la jeune fille file tout droit vers une carrière prometteuse.

Issue d’une famille bambara de la ville de Ségou, Fatoumata Diarra est née à Bamako. Dès la tendre enfance, elle est connue sous le pseudonyme de Mata ; elle a fait son école dans la sphère de la création musicale de sa grand-mère feue Taye Coulibaly. Celle-ci demeurait une célébrité de la musique bamanan à Ségou. Cet amour éveilla son goût pour la création musicale.

Loin de sa grand-mère, elle grandit à Bamako dans le quartier populaire du Banconi en Commune I. D’autres célébrités non des moindres s’imposaient dans sa vie et aiguisaient son penchant pour la musique. On peut citer, entre autres, Na Hawa Doumbia, Oumou Sangaré, la Diva du Wassoulou, et Babani Koné.

C’est à Djicoroni-Para qu’elle fait sa première scène auprès de Djénéba Diakité. Au début de sa carrière certaines rencontres furent déterminantes pour son ascension entre autres : Alou Sangaré Baden de l’Hippodrome, Paye Camara. Oumou Sangaré aura également servi à la faire connaitre pour lui avoir donné sa chance dans son hôtel. Ce jour-là, la jeune Mata a interprété le tube “Diarabi” de la célébrité du Wassoulou. Le déclic proviendra sans doute de Nahawa Doumbia à laquelle elle a voulu ressembler. Cet amour lui fit d’un grand secours.

Deux rencontres furent déterminantes pour booster sa carrière. Il s’agit au début de son parcours Baden et par la suite l’émérite Abdoulaye Diabaté qui lui a permis de se rendre à Ouagadougou lors du 40e anniversaire de sa carrière en 2015. A cette occasion, elle fut sélectionnée en compagnie de Baden, Ténin Massaran Kouyaté, Gnanan Sidi Dembélé et le jeune frère d’Abdoulaye Diakité du nom de Modibo Diakité.

Cette tournée lui aura permis de prendre confiance en elle. De nos jours, Mata dispose de son propre groupe et anime des fêtes et des concerts ici et ailleurs pour son plus grand plaisir de passer des messages.

Dans ses chansons, Mata évoque la vie, le travail garant de la liberté et de l’autonomie, les orphelins, elle parle également du parcours des anciens rois comme Bintou Coulibaly, Da Monzon Diarra, Samagnana Bassi Diakité, Dioba Diarra sans oublier le père de l’indépendance du Mali, le président Modibo Keïta afin que l’oubli ne s’installe jamais.

Mata Diarra vient justement de terminer l’enregistrement et le tournage du clip de sa dernière œuvre musicale au titre sulfureux de “Ségou”. Dans les mois et les semaines à venir, le grand public pourrait sans doute savourer la beauté de sa musique.

Aujourd’hui Mata réside dans la Commune rurale de Baguinéda, précisément à Kasséla. Elle mène sa vie maritale auprès de son époux Mamadou Coulibaly qui évolue toute comme elle dans la sphère musicale en qualité d’arrangeur.

Aboubacar Sissoko

 

Source: La Sirène

Vous allez aimer lire ces articles

Iba Montana: L’incompris du rap malien

ATT met en place son Cabinet d’ancien chef d’Etat : Le décret de nomination des membres attendu

Mamou Sidibé, l’héritière du Senté

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct