Une colonne d’engins de combat de la force française Barkhane de Gao a été la cible d’une attaque terroriste hier aux environs de 11 heures au centre ville de Gao, vers le quartier Gadèye sur la route de Bourem. Le bilan provisoire de l’attaque est de 4 civils tués et de 24 blessés (civils et militaires français), dont une femme enceinte et plusieurs enfants.

De sources concordantes, c’est un véhicule piégé, de type 4×4 Toyota chargé de «bourgou» (herbe) qui est rentré dans la colonne des BRDM de la force Barkhane stationnés dans la zone pour surveiller l’ennemi. Avant l’attaque, un soldat français avait demandé au chauffeur du véhicule suspect d’éteindre le moteur. Entre-temps, un des occupants du véhicule est descendu pour monter sur une moto prête à démarrer.
Subitement, le véhicule 4×4 de marque Toyota a explosé entre les engins des soldats français qui patrouillaient régulièrement dans cette zone. Le commandant de zone de défense N°1 de Gao, le colonel Yacouba Sanago, a informé que les Forces armées maliennes ont contribué à sécuriser la zone et évacuer les morts et blessés vers l’hôpital de Gao. Des hélicoptères de la force Barkhane ont passé toute la journée d’hier à survoler la ville.
Le gouverneur de la Région de Gao, accompagné du colonel Vidal de la force Barhkane à Gao et du chef de bureau de la MINUSMA, s’est rendu au chevet des blessés à l’hôpital. Dans un communiqué, le chef de la force française a condamné cette «attaque terroriste lâche» qui a concerné la population de Gao et la force Barkhane. «Nous sommes déterminés à les affronter jusqu’au bout», dit-il. «Parmi la force Barkhane, poursuit l’officier, nous avons enregistré certains blessés». Quant au chef de bureau de la MINUSMA, Oumar Ba, il a qualifié l’attentat d’«acte lâche et ignoble” sur de paisibles populations. «Il s’agit, pour nous, forces de la MINUSMA, de Barhkane et des FAMA, de nous montrer déterminés à les (NDLR: les terroristes) affronter», a-t-il ajouté.

Abdourhamane Touré
AMAP-Gao

 

Source: Essor