Au Mali, Barkhane s’évanouit

Avec le départ de l’ultime convoi de la base de Gao, l’opération militaire française au Mali a pris fin. La junte au pouvoir à Bamako ferraille désormais contre les Casques bleus de la Minusma.Le dernier soldat français a franchi la frontière du Niger à 13 heures, signant l’arrêt officiel de l’opération Barkhane au Mali. En toute discrétion, le convoi avait quitté la base de Gao dans la nuit. Neuf ans, sept mois et quatre jours après le déclenchement de l’intervention militaire française par François Hollande, qui deviendra la plus importante «opex» (opération extérieure) depuis la guerre d’Algérie.Cinquante-neuf soldats français ont perdu la vie au Mali. «Leur sacrifice nous oblige et nous rappelle que nos soldats ont, durant ces années, préservé l’unité du Mali, empêché la constitution d’un califat territorial et lutté contre les groupes terroristes qui frappent les populations locales et menacent l’Europe, a indiqué l’Elysée dans un communiqué. L’efficacité de nos soldats durant toutes ces années et jusqu’à ces derniers jours a été démontrée par la neutralisation de la plupart des plus hauts cadres de la hiérarchie des groupes terroristes sahéliens.»Pugilat diplomatique Barkhane a pourtant, en réalité, un goût d’échec. Sur le plan strictement militaire, les groupes jihadistes que l’armée française avait chassé des villes du nord du Mali en 2013 se sont reconstitués, ont recruté massivement, et ont finalement gagné du terrain année après année. …liberation

Vous allez aimer lire ces articles

Des Casques bleus se mobilisent pour les déplacés internes de Talataye

Mali: une bagarre entre des éléments de Wagner et des militaires maliens fait 2 morts et plusieurs blessés au camp d’Ansongo

Le Mali lutte contre le terrorisme et néocolonialisme

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct