Malijet.co

Balkanisation du Grand Nord en perspective : Qu’est ce qui se trame encore contre la République entre les collines de l’Adrar des Ifogas?

Avec le bourrage des urnes dans certaines localités du Nord, des interrogations et suspicions fusent de toutes parts. Cet acte ne peut se faire sans raison valable. Selon des échos, au-delà de l’argent donné pendant la tournée d’IBK, des promesses de nature douteuse ont été prises. Ce qui suscite, aujourd’hui, des inquiétudes dans les autres Régions du Nord.

La brusque stabilisation du Centre et du Nord du pays, à l’approche de l’élection présidentielle, mérite une réflexion minutieuse. Alors que quelques mois avant ces échéances électorales, les Maliens pour la plupart ne croyaient pas à la tenue possible dudit scrutin dans les deux zones. Mais, par miracle, le conflit fratricide entre peulhs et dogons, après des épilogues, a connu une accalmie qui rassurait les pessimistes et les sceptiques. Quant à la zone du Nord, les différentes protagonistes et membres signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale ont accepté volontairement de sécuriser les élections, signe de leur bonne volonté pour accompagner l’Etat dans son projet électoral. Pour concrétiser cette volonté, trois candidats parmi les vingt-quatre étaient partis battre campagnes à Kidal ville. Des détails cristaux manquent sur les manœuvres, des concessions et les compromis faits pour que leur sécurité soit intégralement assurée et que leur séjour se passe sans inquiétudes ni incidents. Quant à la seule dame candidate, des promesses avaient été données que même un grain de sable ne lui touchera. Comme le dirait l’adage populaire ce fut de «Chose promise, chose due ». Parmi ces trois candidats touristes (ils sont partis pour la formalité et non battre campagnes), à Kidal celui qui a été accueilli en grande pompe était le Président sortant, Ibrahim Boubacar Kéïta. D‘après des informations recueillies çà et là, il était parti avec une cagnotte qui défie tout refus de séjour dans la Région. Et, au-delà, il a promis la lune, monts et merveilles. Après la victoire d‘IBK (victoire contestée par l’opposition), des fortes agitations commencent à se faire sentir dans la Région de Gao. Les rumeurs de leur côté enflent et se répandent comme une trainée de poudre à l’échelle nationale.

Une nouvelle idée d’indépendantisme circule çà et là
Qu’est ce qui peut expliquer les tensions qui montent d’un cran dans le reste des Régions du Nord entre les deux principaux Groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et réconciliation nationale après un cessez-le-feu qui devait enterrer définitivement la hache de guerre ? Est-ce qu’un nouveau butin n’est pas en vue et dont le partage sur papier risque de n‘être pas équitable ? En fin semaine dernière, entre la CMA et la coalition MSA-GATIA, une vive tension régnait. La première accuse la second de l’exécution sommaire de 4 civils dans la localité de Tiderghen, près de Kidal. Pourtant dans un récent Rapport de l’ONU, ces deux groupes armés sont accusés de violation de Droits de l’Homme, accointance avec les mouvements terroristes et, par ricochet, de sabotage du processus de paix en cours. La coalition rejette ces allégations. Pour leurs Responsables, « aucun membre du MSA et du GATIA n’est impliqué dans une quelconque attaque ».En tout état de cause, une provocation de l’une contre l’autre ne présagerait qu’un esprit de diversion du Malien lambda. Personne n’est dupe ! Toutefois, le plus inquiétant c’est que de toutes les folles rumeurs qui circulent dans le grand Nord est celle relative à l’idée d’Indépendantisme. Des sources concordantes affirment que la tenue de la récente élection présidentielle a été signée dans le but d’octroyer l’indépendance à ce territoire du « AZAWAD ». Les échos de ces derniers jours concordent avec cette idée. Une idée qui se réconforte dans l’esprit d’une catégorie de Régionalistes.

Les preuves irréfutables sur lesquelles ces Régionalistes se basent sur les spécimens du passeport, de la carte d’identité et de la monnaie de l’ « Azawad ». Dans cette logique, l’atmosphère devient de plus en plus pesante. Les jeunes de Gao, toujours prévenants, ont organisé une conférence débat sur l’Accord d’Alger, enfin de semaine dernière. Cela, pour expliquer le contenu de l’Accord afin d’assurer l’implication totale de tous ceux qui veulent l’Unité du Mali dans la diversité culturelle et ethnique. Alors, l’on est en droit de se poser anxieusement la question de savoir ces autres conspirations et espèce de complots qui se trament encore contre la République à partir de Kidal, cette microrégion d’éternels insatisfaits Habitants. Affaire à suivre !

Boncane Maïga

Le Point

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: le nord du pays sous les eaux après de fortes pluies

GAO : les passagers sont victimes de racket sur le tronçon Gao-Kidal

Jean-Pierre Lacroix: «Nos soldats, nos policiers… font l’objet d’attaques et malheureusement ça a résulté en un nombre important de victimes dans l’histoire de la Minusma»

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct