Au cours de sa réunion extraordinaire tenue le samedi 29 février dernier, la Coalition du peuple pour l’Azawad (CPA) avait pris la décision de destituer son secrétaire général, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, pour sa “gestion calamiteuse et catastrophique”. L’information a été donnée, le samedi 7 mars dernier, à la Maison de la presse, au cours d’une conférence de presse présidée par le secrétaire général adjoint de l’organisation, Boubacar Hagadoumbo Touré, en présence des responsables de plusieurs mouvements armés.

Selon le conférencier, malgré sa force sur le terrain, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun n’a cessé d’œuvrer de manière à ridiculiser et affaiblir la Coalition du peuple pour l’Azawad (Cpa). Et de poursuivre que cette rencontre avec les hommes de média vise à informer la presse de la destitution de leur frère d’arme, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, secrétaire général du mouvement. “En effet, des pourparlers d’Alger à la date d’aujourd’hui le camarade en cause n’a de cesse œuvré de manière à ridiculiser et affaiblir notre mouvement, malgré notre force sur le terrain. Les multiples conseils n’ont servi à rien. Hélas ! Encore une fois, nous disons tout simplement que c’est dommage”, a-t-il dit.

Il ajoutera que, par sa faute, la confiance s’est dissipée entre les éléments du groupe car, agissant ainsi, il pense diviser les autres pour continuer à régner. Le conférencier a laissé entendre que «sous le ministère du désormais ex-secrétaire général, la mauvaise gestion et les malversations financières font cas d’école à la Cpa, la corruption a gangrené tout le mouvement, la crédibilité du mouvement est entachée auprès de tous les partenaires à tous les niveaux (Communauté internationale et autorités nationales)».

A le croire, cette décision a été prise dans le souci de mettre fin au discrédit que Mohamedoun a jeté sur l’organisation car sa conduite laisse à désirer. “Au cours de notre réunion extraordinaire tenue le 29 février 2020, nous avons pris la décision dont la teneur suit. Considérant la gestion calamiteuse et catastrophique de notre ex-secrétaire général, les dispositions des paragraphes 1 et 3 de la résolution N°2374 (2017) inscrivant sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies à l’encontre de notre ex-secrétaire général, l’exacerbation des relations entre la communauté internationale, les mouvements amis et la Cpa en raison de l’attitude et du comportement personnel peu orthodoxe de l’ex-secrétaire général, ainsi que l’effritement de la cohésion sociale au sein du mouvement, nous décidons la radiation de l’ex-secrétaire général, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun… “, a déclaré le conférencier.

En réponse aux questions des journalistes, il a laissé entendre qu’ils ont retenu plusieurs griefs contre leur camarade mis en cause. “Nous sommes avec l’Etat dans la mise en œuvre de l’Accord. Il a ethnicisé nos bataillons au sein du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC). Nous ne sommes pas des xénophobes donc nous ne travaillons pas pour une ethnie. D’ailleurs, nous travaillons afin d’éviter la guerre civile. Il s’est permis de vendre le peu que nous avons eu dans les bataillons MOC”, a-t-il conclu.

                                                          Boubacar PAÏTAO

Source: Journal Aujourd’hui Mali