Quatre jours après l’attaque meurtrière de Boulkessi et Mondoro, un dernier bilan a été fourni par le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Général Ibrahim Dahirou Dembélé , qui avait effectué une visite, sur le théâtre des opérations.  Le dernier décompte fait état de quelque 38 militaires tués,  huit blessés et 33 militaires retrouvés au Burkina Faso. Ces derniers s’étaient repliés  du côté de la frontière avant de trouver refuge sur le sol burkinabè.

Rappelons que le 2 octobre, 11 autres  portés disparus avaient été retrouvés par les FAMas lors d’une opération de ratissage non loin de la frontière avec le Burkina Faso, dans une immense forêt qui sert de planque aux groupes terroristes. En visite sur le terrain, le ministre de la Défense et des Anciens combattants s’est félicité de la reprise du camp de Boulkessi. Il s’est dit fier des commandos parachutistes qui ont croisé le fer  face aux groupes terroristes. « C’est un  » combat difficile et nous devons rester unis  » a-t-il fait savoir.

Pour sa part, le Chef d’Etat-major adjoint, Général Baby a salué l’action des forces spéciales maliennes et de l’armée de l’Air mais surtout celle de la Force Barkhane, de la MINUSMA et de la Force conjointe du G5 Sahel.

Il a indiqué que les opérations de ratissage vont s’intensifier dans le cadre de l’opération  » Dambé « pour traquer les  groupes terroristes.

A DIARRA

Source: l’Indépendant