Malijet.co

Gao : Florence Parly rend hommage aux militaires français décédés

Vingt-quatre heures après l’annonce de la mort de 13 militaires français dans un accident entre deux hélicoptères au cours d’une traque contre les terroristes dans le Liptako-Gourma, la ministre française des Armées, Florence Parly, s’est rendue hier à Gao. Après avoir été accueillie par le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Ibrahima Dahirou Dembélé, la ministre française s’est immédiatement rendue à la base de Barkhane où elle a rendu hommage aux 13 militaires décédés. Elle s’est, ensuite, recueillie dans l’enceinte de la chapelle ardente où étaient déposés les corps.


La ministre française a eu également une rencontre avec les soldats français pour leur réaffirmer le soutien total des autorités et du peuple français dans le combat noble au Sahel contre le terrorisme. Florence Parly a redit «à cette occasion aux militaires qui se battent contre le terrorisme au Sahel la douleur, la reconnaissance et la détermination de la nation française». Elle était accompagnée du chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, et du chef d’état-major de l’armée de terre, le général Thierry Burkhard.

Au nom du président de la République, le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Ibrahima Dahirou Dembélé a présenté ses condoléances les plus émues à son homologue français. Il a aussi rappelé que depuis 2013, les forces françaises «nous soutiennent dans la lutte contre un ennemi qui devient de plus en plus difficile (à saisir)». Il a, une fois de plus, salué le courage des militaires de Barkhane dans leur combat contre le terrorisme dans le Sahel.
Il faut rappeler que les 13 militaires français morts au combat, le lundi soir, sont les deux membres d’équipage du Tigre du 5è Régiment d’hélicoptères de combat, les cinq membres d’équipage du Cougar, quatre opérateurs du Groupement commandos montagne du 4è Régiment de chasseurs, un opérateur GCM du 93è Régiment d’artillerie de montagne et un opérateur GCM du 2è Régiment étranger du génie.
Dans un message, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a, au nom de la nation tout entière, adressé ses «condoléances les plus émues» à son homologue français, tout en précisant que ces militaires «sont morts pour la France, pour le Mali, pour le Sahel, pour la Liberté». En outre, le chef de l’État a assuré son homologue français qu’en dépit des «impatiences observées», des «frustrations ça et là exprimées, les peuples du Sahel ne retiendront et ne magnifieront que la solidarité dont ils bénéficient aujourd’hui, de la part des forces françaises en particulier et internationales en général, en ces temps où la survie de chacune des nations concernées est en jeu».

Madiba KEITA
Abdrahamane TOURÉ
Amap-Gao

Source: Journal l’Essor-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Le Chef du bureau de la MINUSMA à Kidal quitte le Mali après ses propos séparatistes

Gestion géostratégique catastrophique du Nord du Mali: BARKHANE, Tigre en papier, désavouée ?

Polémique au Mali: le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct