Gao: Les forces partenaires de BARKHANE affirment une nouvelle fois leur attachement à la coopération avec les forces armées européennes

Mercredi 13 janvier, la Force Barkhane a accueilli une délégation d’autorités des forces armées sahéliennes à la base de Gao.

 

Le chef d’état-major de l’armée de Terre malienne, accompagné du sous-chef d’état-major chargé des opérations à l’état-major des armées, le général commandant la Force conjointe du G5 Sahel (FCG5 Sahel), le sous-chef opérations de l’état-major des armées burkinabées ou encore le chef d’état-major de l’armée de Terre nigérienne ont répondu présents. Ils ont ainsi pu échanger sur le déroulé de l’opération conjointe en cours dans laquelle leurs soldats sont engagés et réfléchir ensemble aux futures opérations.

« Le partenariat engagé sur cette opération est une prouesse. Je considère que c’est un vrai défi que nous relevons ensemble aujourd’hui ! » Ce sont sur ces quelques mots que le général Etienne Faury, Général adjoint opérations (GAO) de la Force Barkhane, a accueilli la délégation en début de matinée. Après une présentation des opérations en cours, les autorités ont découvert l’organisation du Poste de commandement (PC) avant de l’opération.

Le colonel Pieau, chef d’état-major du PC avant, a expliqué le rôle des différentes cellules œuvrant à la bonne mise en œuvre des opérations sur le terrain.

« Les officiers partenaires représentent environ 40% de notre effectif. On ne pourrait pas avoir autant d’ambitions sans leur présence » annonce-t-il.

Cette présentation a également été l’occasion pour les différentes délégations de poser des questions notamment sur la coordination fine dans la cadre de la conduite des opérations. Le GAO en a profité pour conclure sur le bon fonctionnement du partenariat : « il s’agit du fruit de l’entraînement commun. C’est un modèle que nous devons renouveler. Il y a une vraie complémentarité entre nos armées. Les partenaires sont mobiles, ils connaissent le terrain, … C’est un avantage ! ».

Après cet échange, partenaires français et sahéliens se sont réunis afin de poursuivre les travaux de la planification des opérations conjointes des prochains mois.

Cette visite fut l’occasion de présenter aux autorités partenaires les savoir-faire français dans le domaine du génie et de l’aérocombat. L’accent a été notamment mis autour des capacités de lutte contre les engins explosifs improvisés, sous forme d’atelier et par la démonstration d’une équipe cynophile spécialisée dans la recherche d’explosif.

Au sein du Groupement tactique désert (GTD) aérocombat, ils ont pu appréhender les capacités d’héliportage de combat et de logistique de l’hélicoptère britannique Chinook et les capacités de fulgurance et d’attaque de l’hélicoptère français Tigre.

Cette séquence s’est conclue par les explications d’un médecin spécialisé dans le transport médical par hélicoptère dans le cadre des opérations : « globalement, nous pouvons réaliser les mêmes gestes de soins (perfusion, radiographie, etc.) que dans un service d’urgence traditionnel, la difficulté résidant dans la position dans laquelle nous travaillons (accroupi) et la stabilité de l’appareil » a expliqué le médecin.

Cette journée, riche en échanges et réflexions, a constitué une véritable plus-value pour la Force Barkhane et ses partenaires de combat pour les opérations à venir.

Source : Armées françaises

Vous allez aimer lire ces articles

Coopération Mali – Mauritanie : la matérialisation de frontières des deux pays au cœurs des échanges

Liptako-Gourma : Pour la promotion d’une transhumance apaisée

Retard dans l’opérationnalisation de la région de Taoudenit: La gestion du chef de l’exécutif local mise en cause

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct