Une plateforme, dénommée « Ensemble pour Gao », a organisé, mercredi, une marche et un sit-in, en face du gouvernorat, contre la dégradation de l’axe Gao-Sévaré et des autres routes à l’intérieur de la ville, a constaté l’AMAP sur place.

 

Les manifestants se sont regroupés, d’abord, à la place des Martyrs avant de marcher jusqu’au rond point de Gao, en face du gouvernorat. Là, la plateforme « Ensemble pour Gao » compte reste durant 72 jours, jusqu’à la satisfaction de ses doléances. La marche a été encadrée par les éléments du Groupement mobile de sécurité (GMS) dirigés par le commandant de police, Souleymane Makan Diallo,  appuyé par les autres forces de sécurité maliennes de la Région.

Le gouverneur de la Région de Gao, le général de brigade, Sidiki Samaké, a reçu le responsable de la « Plateforme ensemble pour Gao », Hamadoun Abdoulaye, en présence des présidents du Conseil communal des jeunes de Gao, du Conseil régional des jeunes de Gao et de la présidente de Coordination des associations et organisations féminines (CAFO) de Gao.

Dans une déclaration, le responsable de la Plateforme, initiée uniquement pour cette marche, les manifestants demandent « le démarrage, sans délai, » des travaux sur l’axe Gao-Sévaré, la finition accélérée des travaux de réhabilitation de la route gouvernorat-aéroport, du boulevard des Askias-Monument de martyrs, la tenue d’une table ronde, entre le Premier ministre et la Plateforme, sur la route Gao-Sévaré, « au plus tard dans 10 jours ».

La plateforme demande, aussi, la sécurisation de tout l’axe Gao-Sévaré par les Forces armées maliennes (FAMa), « avec l’appui des forces étrangères qui prétendent nous aider », l’élargissement de l’escorte jusqu’à Konna, la reprise des travaux de la salle de spectacle de Gao « dans un délai de 30 jours », la participation des forces étrangères (MINUSMA et Barkhane), « à travers le décaissement d’un fonds d’appui pour la réhabilitation de nos routes pour avoir fortement contribué  à leur dégradation ».

Le président de la « Plateforme ensemble pour Gao » a conclu, qu’après l’observation de 72 heures de sit-in, ils se réservent « le droit d’adopter d’autres mesures plus fortes. si toutefois les doléances citées resteront sans suite ».

Le gouverneur a annoncé aux leaders des manifestants qu’une délégation gouvernementale arrive jeudi a Gao « pour leur cas », les appelant à renoncer au sit-in.

Une forte délégation gouvernementale a quitté Bamako, mercredi matin, pour Tombouctou, Gao et Ménaka. Le ministre de la Communication, chargé des Relations avec les Instituions, Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré et ses collègues en charge des Infrastructures et de l’Équipement, Traoré Seynabou Diop, et du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique, Oumar Hamadoun Dicko, ont rencontré des manifestants leur faire comprendre que toutes les localités du Mali bénéficient d’une égale considération de la part du gouvernement.

AT/MD

(AMAP)