Malijet.co

Gossi : Complicité entre les moudjahidines et la force Barkhane

Le temps commence a donné raison a ceux qui avaient alerté sur le fait que la France a son propre agenda en intervenant au Mali.


Les plus prudents des observateurs nationaux et internationaux avaient averti sur le danger de l’intervention de la France au Mali malgré la situation critique qui prévalait à cette époque. Finalement, le temps leur a donné raison à propos de la présence de l’armée française au Mali. « Ceux qu’ils sont venus combattre, les terroristes, passent le plus clair de leur temps à faire autres choses ou collaborer loyalement avec les mêmes djihadistes », s’exclamait un citoyen de la localité de Gossi. Dans la localité, des relations de bon voisinage se passent entre les éléments de l’armée française et les présumés terroristes. Ces présumés terroristes, on le sait désormais ne sont que des marionnettes de la force française. Alors que cette ville (Gossi) est traversée par la route menant à Gao. Les passagers qui empruntent la même route pour se rendre à Gao, Ménaka ou Kidal ne peuvent pas se déplacer sans une escorte militaire car les bandits sont devenus maitre des lieux et rendent le passage quasi impossible.
Avec cette découverte, les maliens se rendent compte que les bandits sont informés probablement par la force Barkhane. Rien ne peut démontrer le contraire de cette affirmation. Pour preuve, selon des sources locales, il y a une présence massive des djihadistes aux alentours de la localité de Gossi et cela malgré la présence d’une base des forces françaises dans la zone. Selon ces mêmes sources, ils circulent généralement sur des motos et dans des Pick-up de jour comme de nuit. Vers Tinhadalane à 30 km à l’ouest de Gossi et dans plusieurs autres localités, la psychose se fait sentir au sein de la population malgré la présence des forces françaises et celles de l’armée malienne. Ces présumés djihadistes qui écument la zone, appartiendraient au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) allié à Iyad Ag Aghaly.

Au même moment, l’arrestation de Tahar ou Moussa, membre du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) et compagnon de l’ancien chef djihadiste, Yahya Aboul Hammam est annoncée par la Force Barkhane. La recrudescence de la violence reste vive dans la localité.

B.M

Source: Le Point du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Insécurité à Tombouctou : les humanitaires encore visés par des braqueurs.

100 milliards de fonds de souveraineté d’AOK !

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire point à l’horizon

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct