Par ailleurs, certains médias français et algériens ont entrepris une véritable campagne d’intoxication autour de la présence de ces soldats au nord. Dans cette campagne, un homme a refait brusquement surface à Paris. Il se fait passer comme étant le porte parole de l’Alliance du 23 mai. Depuis la fuite de Bahanga cet homme avait perdu la voix. Marié à une Française, et loin des réalités de Kidal, il s’agite (à nouveau) à coup de mensonges et de menaces. C’est lui qui promet, au nom des soldats rentrés, une guerre contre Aqmi (branche Al-Qaïda pour le Maghreb islamique) et contre l’Etat malien.

El Hadj Gamou rétorque : « C’est une stratégie pour ce monsieur et ses acolytes de bénéficier de soutiens extérieurs. C’était la même stratégie qu’ils  avaient adopté il y a de cela quelques années. Mais, l’on a vu la suite. Quand ces gens affirment qu’ils vont faire la guerre à Aqmi, c’est de la rigolade. Ils sont ensembles et ils se côtoient tous les jours. Mais c’est une manière pour eux de tromper l’occident et d’être soutenus par l’extérieur. Mais comment peut-on être aussi cynique jusqu’à vouloir  quémander de l’aide pour déstabiliser son propre pays ? ».

 

El Hadj Gamou conseille au « porte parole » de venir à Kidal pour aider les populations au lieu de tenir des discours creux à des milliers de kilomètres de là.

«Nous demandons aux populations, de garder leur sérénité et leur calme, face à tout ce qui se dit à travers certains medias. Il faut que les Maliens comprennent aussi que toute cette agitation n’est que l’œuvre d’un groupuscule. Les populations du nord n’aspirent qu’à la paix. Et l’armée est là pour assurer cette paix et défendre l’intégrité du territoire national. Nous sommes prêts à assumer notre mission conformément aux orientations et instructions des autorités du pays. Et nous sommes prêts à défendre ce pays contre toutes formes de menace».

Source: L’Aube