A causse de l’insécurité grandissante du pays, la région de Kidal enregistre, selon les données, des faibles taux de déclaration des actes de naissance et d’enregistrement des enfants.

 

Pour ainsi rectifier ces statistiques alarmantes, la Minusma a financé un projet à hauteur de plus de 6 000 000 inscriptions à l’état-civil en plus d’octroi des extraits d’acte de naissance.

Mis en œuvre par la Croix Rouge malienne, et lancé le 21 août 2019, ce projet a permis d’enregistrer 500 enfants de 0 à 14 ans dans les cercles de Kidal et Tin-Essako. Selon Hamidou Ag Bogheydata,maire de Tin-Essako :« Pour voyager, aller à l’école ou encore s’identifier, il vous faut un extrait d’acte de naissance (…) son importance dans la vie quotidienne de tous n’est plus à démontrer ».Pour le chef de la division des droits de l’homme et de la protection de la Minusma, Nabil Chemli : « L’extrait de naissance en lui-même est un droit à la citoyenneté, il permet de faciliter d’autres droits, notamment le droit à l’éducation, à la santé et au travail ».

Source : Le Pays