Les éléments incontrôlés de la CMA continuent de manipuler les populations de Kidal face à la nouvelle donne d’un processus bloqué. Après la courageuse déclaration d’IBK, bien que tardive, d’ouvrir une fenêtre vers la discussion de certains points de l’accord pour la paix, les responsables de la CMA, logés et sécurisés dans de hôtels de luxe, confortent les patriotes radicaux dans leur approche. Ces comploteurs et défenseurs de « l’Azawad » n’ont jamais reconnu l’Etat malien que lorsqu’il s’agit de lui soutirer des millions.

Mais le temps de la dorlote gouvernementale doit être révolue. Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a déjà entrainé la machine dans une logique de séparer les terroristes d’avec les autres. Puisqu’ils sont tous historiquement liés, le monde aura du mal à réaliser cette option. Ces individus ont conjointement chassé Moussa Mara le 17 Mai 2014, après avoir massacré des fonctionnaires de l’Etat dont les dédommagements sont encore d’actualité. Le jeu provocateur de ces caméléons a assez duré.

Le vent du Peuple malien fait paniquer les indépendantes de l’Azawad, ceux-là qui n’arrivent même plus à convaincre sur les médias maliens mis à leur disposition. IBK qui est totalement acculé, lui que ces groupes criminels et séparatistes ont tactiquement soutenu, semble revenir dans la ligne d’un Peuple au bord de l’explosion. Aujourd’hui, c’est le panneau d’un sens interdit qui se dresse devant un chef de l’État encore dans les airs internationaux. Tiébilé Dramé est venu changer  le redéploiement de la stratégie diplomatique.

Après des alliés politiques d’IBK, une constante réprobation de l’opposition politique, une nette audace des pays de la CEDEAO, ceux que des maliens qualifient de « Coalition Malienne des Apatrides» voient que d’autres mouvements armés acceptent l’option du chef de l’Etat malien, une option du Peuple du Mali que leurs alliés visibles et clandestins ne peuvent plus longtemps  éviter. La CMA et ses populations ont sécurisé la présidentielle, elles ont plébiscité unanimement Ladji Bourama mais la suite de leur business, qu’elle qu’en puisse être la promesse, s’arrête une année à la barrière du peuple sentinelle.

A.B.C

Source: Figaro du Mali