L’Algérie, en sa qualité de chef de file de la médiation internationale, est un acteur important du processus de paix au Mali, a affirmé lundi le Quai d’Orsay, soulignant que la France et l’Algérie dialoguent à tous les niveaux sur les questions régionales.

accord paix pourparler reconciliation peuple un but foi mali

“Chef de file de la médiation internationale en vertu de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali de 2015, l’Algérie est un acteur important du processus de paix au Mali”, a répondu la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne, à une question sur le processus de paix au Mali posée au cours du point de presse électronique quotidien.
La France et l’Algérie “dialoguent à tous les niveaux sur les questions régionales et en particulier sur le processus de paix au Mali”, a-t-elle ajouté, précisant que cela s’est traduit par la tenue le 12 novembre à Alger d’un dialogue stratégique au niveau des deux ministres des Affaires étrangères en marge du 4è comité mixte économique franco-algérien.
“Un point précis y a été fait sur l’application de l’accord de paix et a permis de constater notre convergence sur ce sujet”, a-t-elle ajouté.
En janvier 2014, rappelle-t-on, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, avait demandé l’aide de l’Algérie pour un dénouement de la crise malienne, à la suite de quoi a été créé le Comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali.
L’Algérie avait engagé plusieurs rounds de pourparlers et de négociations avec les différents mouvements maliens en conflit qui ont abouti à un accord de paix, appelé Accord d’Alger, signé en mai-juin 2015.

APS