Le Premier ministre du Mali exhorte le Conseil de sécurité à maintenir sa mission de maintien de la paix de plus de 16 000 personnes dans le pays, avertissant que toute réduction de cette force finirait par renforcer les groupes terroristes et à mettre en danger les « progrès fragiles » vers la paix.

Soumeylou Boubèye Maïga s’est adressé au conseil vendredi après que le sous-secrétaire d’État américain aux Affaires politiques, David Hale, ait exprimé sa déception « devant le manque de progrès significatifs » dans la mise en œuvre d’un accord de paix de 2015 et a appelé à une réévaluation de la mission de maintien de la paix.

Hale a demandé au secrétaire général Antonio Guterres de proposer au conseil des options pour « une adaptation significative » de la force malienne au moment des négociations sur le renouvellement de son mandat, qui expirera en juin.

Le Mali est dans la tourmente depuis le soulèvement de 2012 qui a poussé des soldats mutins à renverser le président de la décennie.

 

Source: intellivoire