Malijet.co

Les leaders du GATIA face à la presse : « Nous ne sommes pas à la solde de l’Etat, encore moins une milice gouvernementale »

« Nous ne sommes pas à la solde de l’Etat, encore moins une milice gouvernementale », dixit Moulay du groupe d’auto défense touareg Imghad et alliés (GATIA). A la maison de la presse, s’est tenue une conférence de presse animée par des membres du Groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés. C’était sous l’égide conjointe de M. Moulay et de Haba Laye et bien d’autres membres du mouvement. C’était le mardi 28 septembre 2016.

general el hadj gamou gatia plateforme

Deux points essentiels étaient à l’ordre du jour de cette rencontre des responsables du GATIA avec la presse. Il s’agissait de parler de la nécessité de l’application de l’accord d’Alger  et du conflit qui perdure dans la ville de Kidal entre les tribus IFOGHAS et les IMGHAD.
Après avoir fait un large tour d’horizon sur ces deux points de cette crise, les conférenciers ont surtout manifesté leur adhésion indéfectible et leur attachement total à l’unicité de la République du Mali qui est un et indivisible. Le conférencier rappellera que le GATIA n’a pas été créé par l’Etat du Mali pour supplier l’armée malienne. Il a été créé plutôt pour protéger les populations de la communauté Imghad et de ses Alliés abandonnées par l’Etats sur un terrain où opèrent des groupes armés qui les tuent et humilient au quotidien et en toute impunité.
A titre d’exemple, 40 d’entre eux avaient  été tués récemment à Tamkoutat, plusieurs exécutés à Kidal et Aguelhok.
Les conférenciers ont rappelé également à l’attention de l’Ambassadeur des Etats Unis que le GATIA  agit sur le terrain avec des moyens mobilisés auprès des communautés qui le composent et ceux récupérés sur l’ennemi et non par ceux de l’Etat malien ; que la ville de Kidal ne saurait être la propriété d’un seul groupe ethnique armé qui en chasse et humilie certains autochtones de leurs maisons ; que les récents affrontements dans la ville de Kidal sont provoqués par la HCUA et certains élément du MNLA qui, après la signature de plusieurs accords, notamment ceux de Kidal et de Niamey , a lâchement mitraillé un convoi de pickup tuant plusieurs de ses combattants dont des Chefs militaires importants ; réitère son engagement à respecter toutes les clauses de l’accord de paix et de réconciliation nationale  issu du processus d’Alger ;  exige légitiment d’être présent à Kidal, tout comme les autres mouvements de la CMA pour protéger les populations de la Plateforme persécutées dans cette ville.

Zénébou Maïga: LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : le plan humanitaire 2017 estimé à 172 milliards

Processus de paix, vers la décrispation !

Mali: nouvelles tensions entre les groupes armés signataires de l’accord de paix

ORTM en direct Africable en direct