Main -mise de la CMA sur toute décision concernant Kidal : L’autre facteur de la colere de l’Imam Dicko

L’ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), l’imam Mahmoud DICKO, a évoqué dans une vidéo plusieurs raisons qui justifient la colère qu’ils ressentent. Le statut de Kidal qui semble échapper au contrôle du Gouvernement ressort comme étant aussi une des raisons de l’appel au rassemblement à la place de l’Indépendance le vendredi prochain.

« En 2014, je suis   allé à Kidal, il y avait le Gouverneur, les représentants de l’État, les préfets et les sous-préfets de Kidal, tout le monde était sur place. Nous avons mangé chez le Gouverneur, le drapeau Malien flottait encore ce jour.  Il y avait les éléments de l’armée, il y avait la police, les services techniques de l’État. Il y avait le Mali à Kidal en 2014 » a déclaré l’imam DICKO. Cependant, il trouve que la mauvaise gouvernance   a fait que tout est   réduit au néant.  « Je suis un témoin vivant de la gestion de la question de Kidal.  Il faut reconnaitre que ça ne va pas. La situation était   si mauvaise que le Président de la Mauritanie s’y est impliqué, le monde entier s’est impliqué dans la négociation, On a signé l’Accord il y a 5 ans de cela, mais aucun point n’a été appliqué de manière satisfaisante » a laissé entendre l’imam DICKO dans une vidéoIl ajoutera « qu’aujourd’hui, nous avons perdu Kidal, la voix du Mali n’est pas écoutée à Kidal et les rebelles imposent leur loi là-bas’’   a indiqué le parrain de la CMASUn jour avant la sortie médiatique de l’Imam DICKO soit le samedi dernier, le coordinateur général.

De la coordination qu’il parraine, a également parlé du cas de Kidal. Issa Kaou N’DJIM puisque c’est de lui qu’il s’agit avait indiqué « qu’il est intolérable que Kidal continue de défier   le Gouvernement ».

Mahamane TOURÉ

Source: Journal Nouvel Horizon Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Vaste opération de sécurisation de la ville de Tombouctou: Une dizaine de narcotrafiquants appréhendés, des armes et des munitions saisies

OCHA dénonce la persistance des atrocités au centre du pays: « 443 civils tués entre janvier et mai 2020, en moyenne trois civils meurent par jour au centre… »

Le Parti SADI condamne la répression barbare du régime et apporte son soutien total à la résistance du peuple sous la direction du M5/RFP

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct