Mali: neuf militaires maliens tués dans le centre du pays (nouveau bilan)

Au moins neuf militaires maliens ont été tués jeudi soir dans une attaque contre la gendarmerie dans le centre du Mali, où sévissent des groupes jihadistes, a indiqué vendredi une source militaire vendredi, alors que de premiers bilans faisaient état de huit gendarmes tués.
“Le nouveau bilan est de neuf morts dans nos rangs”, a dit à l’AFP cette source militaire ayant requis l’anonymat.Une source militaire avait indiqué auparavant qu’il y avait “eu une attaque contre le détachement de la gendarmerie de Bandiagara par les individus armés non identifiés” entre 21H00 et 22H00 jeudi.
“Le bilan provisoire est de huit morts et neuf blessés, dont cinq graves”, avait-elle précisé. L’attaque a visé un petit bâtiment abritant l’escadron de la gendarmerie à la sortie de la ville, sur la route de Bankass, selon cette source. Un autre responsable sécuritaire a pour sa part évoqué une attaque “simultanée” contre trois positions de la gendarmerie à Bandiagara.
“Les coups de feu ont duré (une partie) de la nuit”, a déclaré à l’AFP un élu de Bandiagara.Selon le porte-parole d’un collectif d’associations du pays dogon, Adama Dionko, “les échanges de tirs ont duré parce que les assaillants étaient en nombre important”. Il a aussi évoqué des “dégâts matériels considérables”.
Depuis 2012 et le déclenchement de rébellions, indépendantiste puis jihadiste, dans le nord, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, et des centaines de milliers de déplacés, malgré le soutien de la communauté internationale et l’intervention de forces de l’ONU, africaines et françaises.
Les violences se sont propagées vers le centre du pays, qui en est devenu un des principaux foyers, et vers le Burkina Faso et le Niger voisins.
Les groupes armés apparus en 2015 dans le centre du Mali ont prospéré sur les anciens antagonismes liés à la terre, entre éleveurs et agriculteurs et entre ethnies peul, bambara et dogon. Ils attaquent tout ce qui reste de représentation de l’Etat et fomentent ou attisent ces tensions. Des “groupes d’autodéfense” communautaires sont également accusés d’exactions. 

Source: AFP

Vous allez aimer lire ces articles

Recomposition des mouvements armés du Nord: Fusion entre le HCUA, le FPA et le MSA

Attaque contre le camp de Ménaka hier: Au moins un militaire blessé et des dégâts matériels

Ségou : la région a rendu un dernier hommage au maestro Aboubacar Kissa

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct