Au moment où les maliens multiplient la dénonciation de la France, au regard de la gravité de la situation sécuritaire au front, l’Elysée annonce la mort de treize (13) militaires français aux alentours d’Indelimane. C’est dans cette localité que plus d’une cinquantaine de soldats maliens ont été tués par des groupes terroristes. Face au deuil que connait la France, un pays ami et partenaire, selon les autorités maliennes, elles ont mis sur la table plusieurs options visant à rendre hommage à ces morts.

D’après les sources du (FDM), ce Mercredi matin, une réunion au cabinet du Président de la République a été convoquée pour prendre des dispositions afin d’honorer les victimes françaises. Le Premier Ministre, Boubou Cissé, d’après nos mêmes sources, souhaiterait que les drapeaux du Mali soient mis en berne avec éventuellement, trois (3) jours de deuil.

Quant au cabinet du Président Ibrahim Boubacar Keita, il souhaiterait faire en sorte que le chef de l’Etat participe aux funérailles en France, à défaut poursuit une autre source, le cabinet souhaiterait organiser un hommage grandiose au Mali avant le rapatriement des corps en France. Le ministère des affaires étrangères, Tiébilé Dramé, aurait quant à lui proposé au gouvernement de décorer ces victimes à titre posthume et en hommage aux services rendus à la nation malienne.

Il est évident que toutes ces options mettraient le peuple malien mal à l’aise. Ce ne serait pas salutaire et responsable que des soldats étrangers, quels que soient leurs sacrifices consentis, soient mieux traités que les militaires maliens qui tombent en grand nombre et de façon quotidienne. Le ministre de la Défense, Ibrahim Dahirou Dembélé, se propose d’accueillir la ministre de la défense à GAO afin de participer aux cérémonies. Nos insondables sources rapportent que deux responsables de l’ambassade de la France au Mali devraient participer à ladite réunion pour informer les autorités maliennes des exigences du gouvernement français.

En France, une enquête a été ouverte afin de connaitre les circonstances de l’accident. Les boites noires des appareils ont été saisies et seront analyses par les structures techniques et compétentes. Sur le plan politique et même dans l’opinion, le retrait des troupes françaises au Mali et au Sahel commence à se poser. Comme l’avait annoncé Emmanuel Macron, la France se retira du Sahel le jour où il n’y aura plus un seul terroriste.

Source: Figaro du Mali