«Tafliste» en tamachek veut dire confiance et c’est le nom d’une opération lancée depuis hier par la branche la plus puissante de la CMA dans la région de Tombouctou.

Elle est composée des éléments de Houkahouk et basée à Razelma et Koigouma. Elle répond, selon ses initiateurs, au manque de confiance en l’Etat à propos de la sécurisation, et supplée à son absence et son incapacité à jouer son rôle.

De façon unilatérale mais en toute responsabilité, la Cma (Coordination des mouvements armés de l’Azawad), dans cette zone, a signé, hier 19 juin, un document intitulé «Opération tafliste : stratégies de la CMA pour renforcer la paix et sécuriser la région de Tombouctou».

Le document évoque : l’implication de la CMA dans la sécurisation des biens et des personnes sur les axes Goudam-Tombouctou, Goudam-Diré et Goudam-Tonca ; la mise en place d’une commission de Cadis pour rendre la justice ; la mise en place d’une commission des chefs de fractions-villages pour le suivi de la mise en œuvre des stratégies adoptées ; la création de deux centres de détention (Koigouma et Razelma) ; la réhabilitation du réseau téléphonique dans la zone ; la mise en place de moyens financiers et matériels pour les opérations de sécurisation.

M.K

Nouvelle Libération